Denis Coderre convoite la gestion des vignettes

On compte actuellement plus de 49 000 voitures... (PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

On compte actuellement plus de 49 000 voitures munies de vignettes à Montréal.

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les arrondissements de Montréal pourraient bientôt perdre la gestion des vignettes de stationnement. Le maire Denis Coderre a indiqué que la politique du stationnement que son administration présentera à l'automne abordera le «rapatriement des vignettes», une perspective qui inquiète des élus locaux.

La question du stationnement fait surface cet été alors qu'un groupe de citoyens et de commerçants du Plateau-Mont-Royal fait campagne pour obtenir le retrait de vignettes récemment ajoutées dans leur secteur. «Leur cause est juste», a réagi Denis Coderre à l'issue d'une rencontre, la semaine dernière, avec le Comité de résidants et gens d'affaires du Petit Laurier, qui a déposé une pétition de 2500 noms sur le sujet.

Hier, le maire est allé plus loin en évoquant carrément le retrait de cette compétence aux arrondissements. «Dans la nouvelle politique de stationnement de [Montréal], tout sera remis en question, y compris le rapatriement des vignettes», a écrit le maire sur les réseaux sociaux. Impossible d'en savoir plus auprès du cabinet du maire.

Cette sortie a grandement plu au Comité du Petit Laurier, qui a abordé la question lors de sa rencontre avec le maire. «Je pense que c'est une bonne solution. On pourra avoir une politique pour toute la ville, ça va être beaucoup plus gérable. En ce moment, le problème, c'est qu'on a des politiques sectorielles, locales, qui finissent par emmerder tout le monde», a expliqué l'un des porte-parole, Serge Chaussé.

Centralisation dénoncée

Le rapatriement de la gestion des vignettes inquiète toutefois le maire d'Anjou, Luis Miranda, qui y voit une nouvelle preuve de la centralisation exercée par le maire de Montréal. «Tous les services auxquels Denis Coderre touche, c'est pour les centraliser et dire qu'il va faire mieux», déplore l'élu.

M. Miranda craint qu'en prenant le contrôle des vignettes, la Ville de Montréal ne multiplie les secteurs balisés par celles-ci. «Je pense qu'ils vont vouloir en mettre partout, comme les parcomètres. C'est une question de source de revenus», selon l'élu.

«C'est extrêmement dangereux», a déploré pour sa part Luc Ferrandez. Il souligne que la réforme des arrondissements a déjà centralisé la gestion des parcomètres et que, en échange, les vignettes devaient rester dans le giron des arrondissements.

Luc Ferrandez a estimé que le rapatriement de vignettes allait susciter un important débat.

«Sur le Plateau, je ne pense pas que ça va poser de problème parce que le territoire est couvert de vignettes, mais sur les territoires où ils sont en train de développer cette mesure-là, comme Sud-Ouest, comme LaSalle, comme autour des stations de métro, je pense qu'ils vont se poser des questions», a-t-il dit.

Il reste que la situation des vignettes diffère énormément d'un arrondissement à l'autre, notamment quant à leur prix.

Une première vignette coûte 140$ dans le Plateau-Mont-Royal, contre 52$ dans l'arrondissement voisin de Ville-Marie. Dans d'autres secteurs, comme LaSalle, elles sont délivrées gratuitement. En plus des vignettes réservées aux résidants, le Plateau a introduit des vignettes pour non-résidants qui coûtent 100$ par mois, soit 1200$ par année.

Le nombre de vignettes a bondi de 62% de 2007 à 2014. Aujourd'hui, 49 000 voitures en sont munies, contre 29 000 huit ans plus tôt.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer