Imam Chaoui: Québec étudie ses options

Alors que l'imam Hamza Chaoui a déjà obtenu... (Image tirée d'une vidéo Youtube)

Agrandir

Alors que l'imam Hamza Chaoui a déjà obtenu un permis, Kathleen Weil a répondu qu'elle «ressent des préoccupations» concernant «la sécurité publique».

Image tirée d'une vidéo Youtube

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Le gouvernement Couillard étudie ses options en vue d'intervenir dans le dossier de l'imam controversé, Hamza Chaoui, qui veut ouvrir un «centre communautaire islamique» destiné aux jeunes dans l'est de Montréal.

Jeudi, la ministre de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion, Kathleen Weil déclarait que cet imam tient des propos «dangereux» et qu'elle ne souhaite pas l'ouverture d'un tel centre communautaire. Or vendredi, La Presse a révélé que le projet avait déjà reçu l'aval de l'arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, un feu vert permettant de réaménager le local que l'imam loue. Hamza Chaoui doit également obtenir un certificat d'occupation, une formalité qui, normalement, consiste seulement à vérifier si l'adresse correspond au zonage. Mais l'arrondissement et la Ville analysent également le dossier sous l'angle de la sécurité.

Alors que l'imam a déjà obtenu un permis, Kathleen Weil a répondu qu'elle «ressent des préoccupations» concernant «la sécurité publique». «L'État regarde tout ce qu'il a à sa disposition» pour intervenir dans ce dossier, a-t-elle dit au cours d'une brève mêlée de presse vendredi.

«L'État a beaucoup de choses à sa disposition. Il faut bien examiner la question. Il y a beaucoup d'acteurs au sein du gouvernement pour examiner ces questions. On pourra vous donner des réponses en temps et lieu», a-t-elle affirmé. Elle a souligné que la Sécurité publique est impliquée dans le dossier.

Parmi les outils à la disposition du gouvernement, elle a parlé de manière générale de «mesures dans la prévention, la détection et la répression de certains actes». «Il faut examiner, comprendre les enjeux avant de décider des actions. Ce n'est pas parce que moi je ne vous donne pas les réponses concrètes sur ce qui se fait que les choses ne se font pas», a-t-elle affirmé, mitraillée de questions sur les options qui s'offrent au gouvernement. La mêlée de presse a eu lieu avec 30 minutes de retard : la ministre a eu un long échange avec un membre de l'entourage du premier ministre Philippe Couillard avant de se présenter devant les journalistes.

La ministre a rappelé que Montréal examine le dossier de l'imam Chaoui. Mais selon elle, la Ville n'a pas fait une demande pour que le gouvernement intervienne.

Kathleen Weil a réitéré que M. Chaoui tient propos «totalement inacceptables dans une société démocratique qui fait la promotion de l'égalité entre les hommes et les femmes». «Et j'ajouterais qu'on est une société qui rejette l'homophobie sous toutes ses formes», a-t-elle dit.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer