Le Sud-Ouest veut préserver un pan de l'histoire des Noirs

Le Centre communautaire des Noirs, mieux connu sous... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

Le Centre communautaire des Noirs, mieux connu sous son nom anglophone du Negro Community Center, a été vendu par un syndic de faillite le 10 septembre 2014 pour 300 000$.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'arrondissement du Sud-Ouest tente de bloquer la démolition d'un bâtiment iconique pour la communauté noire de Montréal, le Negro Community Center (NCC), où un promoteur veut ériger des condos.

Vendredi, un juge de la Cour supérieure a donné raison au promoteur, qui tente d'obtenir depuis le début du mois de septembre un permis de démolition de l'arrondissement, qui le lui refuse. Dans son jugement, le magistrat écrit que le bâtiment de la rue Coursol est «dangereux pour la sécurité des personnes [...] et qu'il n'existe aucun remède utile que de procéder à sa démolition».

Le Centre communautaire des Noirs, mieux connu sous son nom anglophone du Negro Community Center, a été vendu par un syndic de faillite le 10 septembre 2014 pour 300 000$. L'acquéreur, une compagnie à numéro, affirme faire dans le commerce électronique, mais l'arrondissement dit avoir été avisé que l'entreprise projetait d'y ériger des condos.

Refusant de voir disparaître un morceau de son patrimoine, le Sud-Ouest voulait plutôt que le nouveau propriétaire sécurise le bâtiment, pour ensuite le rénover. Le juge Luc Lefebvre estime toutefois que «les travaux urgents demandés par la Ville, qui coûteront vraisemblablement plusieurs centaines de milliers de dollars, ne feront que retarder la démolition de l'immeuble». L'arrondissement a porté la décision en appel, hier matin.

Même si le bâtiment est seulement classé comme «significatif», le maire du Sud-Ouest y voit un édifice d'intérêt patrimonial. «C'est un bâtiment d'intérêt pour l'arrondissement du Sud-Ouest. Le NCC, c'est beaucoup associé à l'immigration noire anglophone, ce qui a donné le Montréal Jazz», dit Benoit Dorais.

Berceau du jazz montréalais

De grands musiciens de Montréal ont d'ailleurs joué leurs premières notes dans ce bâtiment, comme Oscar Peterson et Oliver Jones. Peu après sa libération de prison, Nelson Mandela avait visité le NCC lors de sa visite à Montréal, en juin 1990.

Depuis sa fermeture, il y a plus de 20 ans, plusieurs projets ont tenté de relancer le NCC, mais ils ont tous échoué. La Ville de Montréal s'était notamment engagée en 2007 à investir 500 000$ dans la réfection du bâtiment, mais les gouvernements provincial et fédéral n'avaient pas suivi, si bien que le projet était tombé à l'eau.

Historique du bâtiment

  • 1891: Construction du bâtiment, une église méthodiste à l'origine
  • 1915: Un incendie ravage le bâtiment, détruisant le clocher
  • 1927: L'église devient le Negro Community Center
  • 1987: Une importante portion du mur arrière s'effondre
  • 1994: Le bâtiment est fermé et laissé à l'abandon depuis
  • 2007: La Ville s'engage à financer un projet de réfection du bâtiment, projet qui ne verra pas le jour
  • Avril 2014: Un autre mur s'effondre

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer