Mélanie Joly quitte la politique active

L'ancienne candidate à la mairie de Montréal, Mélanie... (PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

L'ancienne candidate à la mairie de Montréal, Mélanie Joly.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Véritable surprise de la dernière campagne à la mairie de Montréal, Mélanie Joly a annoncé vendredi quitter «à court terme» la politique active pour retourner dans le domaine des affaires. Elle cède la direction de son parti, Vrai changement pour Montréal, à la conseillère Lorraine Pagé.

La femme de 35 ans, qui avait terminé 2e à l'élection de novembre 2013, continuera à assurer la présidence du parti qu'elle avait fondé, mais prévient qu'elle restera dans l'ombre. Mélanie Joly dit avoir entrepris une réflexion cet été sur son avenir en politique montréalaise, jugeant difficile de concilier son engagement politique avec sa carrière.

«Ça devenait très difficile en tant que chef non-élue de concilier ma vie professionnelle et assumer un leadership politique au  conseil de ville», dit Mme Joly. Même si elle avait terminé 2e, elle n'avait pas réussi à obtenir un siège à l'hôtel de ville. Près d'un an après l'élection, elle dit avoir conclu avec les dirigeants de son parti qu'il valait mieux céder la direction à un élu.

Ce départ de la politique montréalaise survient alors que Mélanie Joly doit publier le 15 octobre un livre sur sa «philosophie politique», intitulé L'avenir c'est nous. Elle assure qu'il ne s'agit pas d'un tremplin pour un saut vers la politique fédérale, démentant au passage les rumeurs l'envoyant aux côtés de Justin Trudeau, chef du Parti libéral du Canada.

«J'ai été approchée par plusieurs partis, autant à Québec qu'à Ottawa, et j'ai toujours dit non. J'ai eu une période de ma vie où j'ai vrai fait de la politique. Là, j'entre dans une nouvelle période de ma vie où je veux retourner à me anciennes amours, soit le monde des affaires et la philanthropie.»

Même si elle dit quitter la politique active pour le moment, Mélanie Joly ne met pas une croix définitive sur la vie publique. «La chose publique m'intéresse toujours. À 35 ans, je ne peux pas dire que je ne ferai pas de politique au cours des 35 prochaines années. Mais à court terme, non.»

Le maire Denis Coderre a salué l'arrivée de Lorraine Pagé à la tête de la 3e opposition à l'hôtel de ville. «Tous ceux qui font partie de ce conseil font partie de la solution.»

Le chef de l'opposition a quant à lui salué le choix de Lorraine Pagé pour diriger le Vrai changement pour Montréal. «C'est un énorme plus pour le conseil municipal. Chaque fois qu'elle se lève, ses propos sont marquants. C'était le temps qu'il y ait une chef de parti pour cette équipe sur le plancher du conseil municipal», a dit Richard Bergeron.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer