Les Femen s'invitent au Palais des congrès

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sylvain Sarrazin

(Montréal) Les Femen ont encore frappé. Cette fois-ci, c'est au Palais des congrès de Montréal, où le premier ministre Stephen Harper a donné une conférence ce vendredi, que trois jeunes femmes se sont dénudées en public, en se débarrassant de leur chandail. Elles revendiquent de meilleurs droits, en particulier pour les femmes autochtones.

Les Femen ont encore frappé. Cette fois-ci, c'est... (Photo David Boily, La Presse) - image 1.0

Agrandir

Photo David Boily, La Presse

Les jeunes militantes ne sont pas intervenues au sein même de la conférence, demeurant en périphérie, dans les couloirs du Palais des congrès.

Les trois femmes, poitrine nue et coiffées de couronnes de fleurs, arboraient divers slogans, tels que «Women's rights first» («Les droits des femmes d'abord»), «Harper coupable», ou «Ségrégation autochtone». Sur leurs bras, on peut lire également «Idle No more». 

Pendant ce temps, le premier ministre Stephen Harper, de passage à Montréal, prononçait un discours devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM), où il a abordé des sujets économiques, dont les avantages de l'Accord économique et commercial global entre le Canada et l'Union européenne.

Des policiers du Service de police de la ville de Montréal (SPVM) sont ensuite intervenus pour faire cesser la manifestation. Les trois jeunes femmes ont été interpellées et escortées à l'extérieur de l'édifice. «Il n'y aura aucune accusation portée contre elles», a souligné l'agent Laurent Gingras, des relations médias du SPVM.

Revendications

Le groupe Femen Québec, contacté par La Presse, a rapidement précisé les raisons de cette intervention. «Nous voulions profiter de la venue du premier ministre pour dénoncer les conditions des peuples autochtones, en particulier les conditions des femmes au sein de ces groupes», a indiqué une des membres des Femen, qui était présente à l'opération du Palais des congrès, participant à la logistique de l'intervention. 

«Leurs droits ne sont même pas protégés par la législation canadienne», a-t-elle avancé. «De façon générale, le statut de la femme n'est pas protégé depuis l'arrivée de Stephen Harper au pouvoir. Il y a eu beaucoup de coupes dans les subventions octroyées aux organismes féministes, en mars 2013. Ça fait mal», a-t-elle déploré.

Un communiqué a, par la suite, été publié par le groupe. «Le Parti Conservateur persiste à bafouer les droits fondamentaux des autochtones. Non seulement il brise les traités signés, mais il ignore leurs fortes protestations et leurs revendications. Harper agit avec les Premières Nations en colonialiste: il décide de leur développement, de leur emplacement, de leurs conditions de vie, de l'implication presque nulle qu'ils ont dans la politique canadienne», peut-on y lire. «Harper pense faire taire les femmes en coupant les subventions aux organismes d'entraide aux femmes, mais nous tenons à lui rappeler que NOUS lutterons sans relâche et malgré tout!»

Début octobre, les Femen avaient opéré un important coup médiatique, quand trois jeunes militantes avaient ôté leur chandail à l'Assemblée nationale, scandant «Crucifix décâlisse».

Manifestation

Une manifestation anti-Harper a eu lieu, pendant ce temps, autour du Palais des congrès. Le SPVM, qui surveillait de très près l'événement regroupant une centaine de personnes, a indiqué qu'il n'y a eu ni arrestation, ni débordement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer