Nids-de-poule sabotés à Montréal

Le président de GRB Solution, André Roy, montre... (Photo Martin Chamberland, La Presse)

Agrandir

Le président de GRB Solution, André Roy, montre les nids-de-poule qui ont été sabotés après que sa compagnie eut fait des réparations.

Photo Martin Chamberland, La Presse

Partager

Sur le même thème

André Roy était sûr d'avoir trouvé une technique révolutionnaire et durable pour colmater les nids-de-poule. Il a surtout découvert qu'il n'était pas le bienvenu à Montréal, plus précisément dans l'arrondissement du Sud-Ouest, où près de la moitié de ses réparations ont été sabotées en moins de 48 heures la semaine dernière.

Le maire de l'arrondissement et responsable des infrastructures au comité exécutif, Benoit Dorais, confirme: l'expérience vécue par cet entrepreneur est «extrêmement préoccupante».

«On a affaire à une technologie qui a bien fonctionné ailleurs, où les réparations de nids-de-poule ont tenu un an. Chez nous, on parle de quelques jours, parfois quelques heures. C'est unique à Montréal.»

Photos à l'appui, M. Roy, entrepreneur de Saint-Alphonse-de-Granby invité par le Sud-Ouest à démontrer l'efficacité de sa technologie, n'en démord pas: on a versé un «solvant» - vraisemblablement de l'essence - qui a complètement désagrégé son mélange à base de bardeaux ou d'asphalte recyclés.

La semaine dernière, une usine mobile appelée Permaroute appartenant à son entreprise, Solution GRB, a colmaté une centaine de nids-de-poule. «Près de 40% n'ont pas tenu, dit-il. On y a retrouvé des traces de liquide huileux, le mélange s'est complètement effrité.»

Pour appuyer sa thèse, l'entrepreneur montre une réparation secrète, à l'abri des regards, qu'il a faite vers minuit, la semaine dernière. Dans la rue Saint-Patrick, quelques centaines de véhicules, dont de nombreux poids lourds, sont passés sur ce nid-de-poule rebouché. Il a tenu le coup.

À Cowansville, la seule municipalité où cette technologie est utilisée de façon régulière, «on a le même succès», rappelle M. Roy. Les tests réalisés à Granby, Trois-Rivières et Sherbrooke, plus récemment, «montrent que tout va bien». Montréal, manifestement, offre un environnement plus hostile.

Assez hostile, en tout cas, pour que l'entrepreneur décide de plier bagage. «J'ai tout arrêté, je ne veux pas vivre ça. Avant d'arriver ici, j'avais du succès, ça allait bien. Je ne veux pas perdre mon nom.»

Les cols bleus enthousiastes

Qui lui en veut? M. Roy refuse de viser les entreprises concurrentes, mais exonère les cols bleus de tout soupçon.

«Ils ont collaboré avec nous de façon exemplaire, ils étaient enthousiastes. En dernier ressort, l'arrondissement aurait acheté notre équipement et ce sont eux qui l'auraient opéré. Nous ne leur enlevons pas de travail.»

L'entrepreneur granbyen craint même pour sa sécurité - il refuse par exemple que sa voiture soit photographiée. Il ne veut pas porter plainte à la police, car il craint les représailles. «Je sais que ça joue rough, je ne veux pas imposer ça à ma famille. Mais je ne m'attendais pas à vivre ça.»

Au Service de police de la Ville de Montréal, on assure être au courant du dossier. Par souci de confidentialité, on ne peut confirmer si une enquête a été ouverte.

Le maire Dorais, de son côté, se montre prudent et refuse de parler de «sabotage». Mais il reconnaît que son arrondissement a été le théâtre d'événements «troublants». L'entrepreneur a refait toutes les réparations, à ses frais. «L'arrondissement n'a pas été lésé».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer