Meurtre en 2014: l'enquête repose depuis plus d'un an sur le bureau du DPCP

Steven Célestin, 23 ans, a été tué en... (PHOTO FÉLIX O.J. FOURNIER, ARCHIVES COLLABORATION SPÉCIALE)

Agrandir

Steven Célestin, 23 ans, a été tué en juin 2014 au bar Le Mile End, sur l'avenue du Parc.

PHOTO FÉLIX O.J. FOURNIER, ARCHIVES COLLABORATION SPÉCIALE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une enquête d'envergure sur le meurtre d'un jeune homme tué devant des dizaines de témoins dans un bar de Montréal, en 2014, repose depuis plus d'un an sur les bureaux des responsables du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) sans que des accusations soient portées, ce qui scandalise tant la famille du défunt que les policiers, a appris La Presse.

« Ça va faire trois ans le 7 juin que mon fils est mort. C'est dur chaque jour, chaque soir, chaque nuit. Ça n'arrête jamais. Ils savent qui a fait ça, les policiers m'ont dit que tout est entre les mains des procureurs. Mais tout est mort parce qu'ils n'ont pas d'argent. Vous imaginez ? », rage Fritzner Célestin, le père de la victime dans cette affaire.

Il n'est pas le seul à être choqué.

Les enquêteurs du SPVM, qui ont effectué un travail qualifié de « gigantesque » pour identifier les suspects dans cette affaire reliée à un conflit entre gangs de rue, s'inquiètent que ces derniers soient toujours en liberté, armés et commettent d'autres crimes.

Au moins une lettre cinglante aurait même été envoyée à la procureure chef adjointe du District de Montréal, Me Anne-Andrée Charrette, sans plus de résultat.

« Il y a énormément de travail qui a été mis dans cette enquête comme on en voit rarement, a confié une source à La Presse. Le dossier a été remis à la poursuite, mais les enquêteurs ne savent pas ce qui se passe, ça fait des mois. »

« Ce n'est pas normal. Qu'on leur donne le feu vert ou non, mais qu'on réponde [aux enquêteurs] », a confié une source à La Presse.

« C'est comme si c'était trop gros pour la poursuite », ajoute une autre.

« C'est très symptomatique de ce qu'on constate avec les procureurs de la Couronne en ce moment », ajoute encore un autre enquêteur d'expérience.

BLEUS CONTRE ROUGES

Le meurtre que le SPVM veut élucider est celui de Steven Célestin, 23 ans, commis en juin 2014 au bar Le Mile End, sur l'avenue du Parc. Selon nos informations, les événements sont survenus durant une fête haïtienne à laquelle participaient plus de 200 personnes, dont des individus liés à des gangs de diverses allégeances.

Durant la soirée, une altercation serait survenue entre Célestin et son groupe, d'allégeance bleue, et des individus du camp des Rouges. Peu après, des coups de feu ont éclaté et Célestin a été atteint mortellement. Les suspects ont pris la fuite par l'arrière de l'établissement. Deux personnes innocentes qui n'avaient rien à voir avec le conflit ont aussi été blessées par balle.

En janvier 2016, la police a diffusé une vidéo de suspects quittant le bar dans les secondes qui ont suivi les tirs. Il s'agissait là de l'une des dernières étapes d'une enquête d'envergure amorcée au début de 2015 par la Division du crime organisé du SPVM, en collaboration avec la Division des crimes majeurs. C'est en septembre 2015 que le DPCP aurait été mis au courant pour la première fois, selon les policiers.

D'après nos sources, après une enquête qui a nécessité des dizaines d'interrogatoires de témoins et des investissements considérables en temps de travail, le dossier a été déposé en mars 2016 devant Me Charette. En avril suivant, une dernière perquisition a été menée dans l'arrondissement de Montréal-Nord pour boucler la boucle.

STAGNATION

À partir du printemps 2016, les choses ont commencé à stagner.

Des procureurs auraient vu le dossier sans toutefois que l'un d'eux soit officiellement désigné pour s'en charger. L'un a été nommé juge depuis.

Le DPCP aurait demandé un complément d'enquête qui a été réalisé par les enquêteurs fin 2016. Depuis, plus rien.

En mars dernier, le père de Steven Célestin a fait une sortie à TVA pour dénoncer le fait que les assassins de son fils couraient toujours. Le DPCP avait répondu qu'il ne pouvait rien confirmer tant que l'enquête ne serait pas terminée. Or, elle l'était depuis janvier, confirment plusieurs sources.

Des enquêteurs ont alors accusé les représentants du DPCP de mentir à la population. Des cadres du SPVM auraient même fait des démarches auprès de Me Anne-Andrée Charrette pour que le dossier débloque. La direction du SPVM aurait récemment communiqué avec le ministère de la Justice pour les mêmes raisons.

Devant cette situation, les policiers se demandent si l'arrêt Jordan, qui limite la durée du processus judiciaire en cour et qui a provoqué un bouleversement dans les façons de faire depuis l'été dernier, va étirer les délais d'autorisation des accusations, si cela ne mettra pas davantage de pression sur les procureurs et si le DPCP a suffisamment d'effectifs pour répondre à la demande.

LE DPCP SE DÉFEND

Me Natalie Brissette, procureure chef du DPCP pour le District de Montréal, a vigoureusement contesté l'interprétation des policiers lors d'un entretien avec La Presse tard hier soir, incluant leurs impressions selon lesquelles des accusations auraient pu être portées il y a déjà un an.

« L'analyse judiciaire de ce dossier se poursuit, cette étude est minutieuse et le dossier évolue. Nous allons garder le cap et nous assurer que les droits de tout le monde sont respectés : les victimes, les familles, et les accusés potentiels », a-t-elle martelé en réitérant sa confiance envers son personnel.

Elle comprend que les délais puissent paraître longs, mais insiste sur la complexité de certains points de l'analyse juridique dont elle ne peut discuter. Chose certaine, il n'y a là ni manque de ressources ni manque de volonté, dit-elle. « C'est un dossier sérieux qu'on prend au sérieux. »




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer