Juristes: la loi spéciale est adoptée

La loi spéciale a été adoptée à 52... (Photo Jacques Boissinot, PC)

Agrandir

La loi spéciale a été adoptée à 52 voix contre 38, les trois partis d'opposition ayant voté contre.

Photo Jacques Boissinot, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après une grève de quatre mois, les 1100 juristes de l'État rentreront au travail de force mercredi. La loi spéciale du gouvernement Couillard a été adoptée mardi à l'Assemblée nationale.

La majorité parlementaire libérale a permis de faire passer la loi (52 voix contre 38). Les députés de l'opposition ont voté contre.

La loi spéciale prévoit une nouvelle ronde de négociations et le recours éventuel à un médiateur. Les parties ont maintenant un maximum de 105 jours pour s'entendre.

En cas d'échec des pourparlers, les avocats et les notaires se verront imposer des hausses salariales inférieures à la dernière offre du gouvernement et à celles accordées au reste de la fonction publique: 6,75% en cinq ans au lieu de 9,15%.

Le syndicat Les avocats et notaires du gouvernement du Québec (LANEQ) entend contester cette «odieuse» loi spéciale devant les tribunaux.

Le gouvernement espère néanmoins une reprise du travail sans accrochage. «Je ne sais pas s'ils sont vraiment en colère, mais je peux comprendre qu'ils sont en désaccord avec les opinions exprimées, a affirmé le président du Conseil du trésor, Pierre Moreau. Je veux simplement leur dire que ces opinions ont été exprimées de façon respectueuse et que je souhaite que leur entrée au travail se fasse de la façon la plus harmonieuse.»

Il se dit prêt à créer un groupe de travail visant à étudier la principale revendication de LANEQ, un changement au régime de négociation des juristes, même s'il est en désaccord avec la position syndicale. Les juristes réclament la création d'un comité indépendant visant à déterminer leurs conditions de travail, comme c'est le cas pour les procureurs de la Couronne. Le gouvernement considère qu'il y a une «différence fondamentale» entre le statut professionnel de des procureurs et celui des avocats du gouvernement.

L'opposition a condamné le recours à la loi spéciale et a salué la bataille menée par les juristes. «Je vous implore de rentrer au travail la tête haute», a lancé la députée péquiste Nicole Léger à l'intention des avocats et des notaires qui se trouvaient dans les tribunes du Salon bleu quelques minutes avant le vote. «Je sais que le lien de confiance est ébranlé, brisé même, mais nous avons confiance dans votre sens de l'État.»

En conférence de presse, elle a déclaré qu'un gouvernement péquiste accorderait aux juristes un comité indépendant sur leur rémunération, comme celui qui existe pour les procureurs de la Couronne. La Coalition avenir Québec a pris le même engagement.

Le gouvernement a tout fait pour «décrédibiliser» les juristes, alors «quel va être le climat de travail» mercredi? s'est demandé l'élu caquiste Simon Jolin-Barrette, laissant entendre que ce climat pourrait être hostile.

Les débats sur la loi se sont déroulés sous le bâillon, c'est-à-dire en vertu d'une procédure exceptionnelle qui écourte leur durée normale à l'Assemblée nationale. La loi spéciale a été déposée vers 18h lundi pour être adoptée à 14h mardi.

Il s'agit du cinquième bâillon du gouvernement Couillard, mais du premier en ce qui concerne des conditions de travail. Les quatre autres touchaient des projets de loi: sur le discours budgétaire de 2015, la réorganisation du réseau de la santé, Uber et les hydrocarbures.

La grève des juristes est la plus longue à être survenue dans le secteur public de l'histoire du Canada.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer