Asile au Canada: deux jeunes Burundais retrouvés par la police américaine

Don Ingabire (à gauche), 16 ans, et Audrey... (Photos fournies par Reuters)

Agrandir

Don Ingabire (à gauche), 16 ans, et Audrey Mwamikazi, 17 ans.

Photos fournies par Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Washington

La police aux États-Unis a indiqué que deux adolescents burundais disparus d'un événement de robotique à Washington ont été retrouvés sains et saufs.

La police métropolitaine du District de Columbia a indiqué mardi que Don Ingabire et Audrey Mwamikazi, qui avaient été vus en train de traverser la frontière, ont été «repérés de manière sécuritaire». Un porte-parole de la police n'a pas voulu dire à quel endroit les adolescents avaient été retrouvés, faisant valoir la politique du corps policier sur les cas de personnes disparues.

Vendredi dernier, l'Alliance des Burundais du Canada disait espérer que le cas des deux jeunes Burundais, qui auraient décidé de quitter Washington afin de traverser la frontière américaine à destination du Canada, puisse permettre de ramener à l'avant-scène une «crise oubliée».

Au moins deux des six adolescents représentant le Burundi à une compétition de robotique à Washington auraient décidé de prendre la poudre d'escampette le 19 juillet, pour se rendre en territoire canadien. Les quatre autres ont aussi disparu.

Depuis que Pierre Nkurunziza a décidé de se présenter à la présidence du Burundi en 2015 pour un troisième mandat alors que la Constitution n'en prévoit que deux, le pays est plongé dans une crise. Plusieurs manifestations ont éclaté et un coup d'État a échoué en mai 2015.

La vice-présidente de l'Alliance des Burundais du Canada, Sandra Barancira, a expliqué vendredi que ces adolescents font partie d'un «mouvement de masse de 400 000 personnes ayant décidé de fuir le Burundi».

La police métropolitaine du District de Columbia a indiqué mardi qu'elle poursuivait son enquête sur ce qui est advenu des quatre autres adolescents de l'équipe disparus. Les autorités ont déjà dit qu'il ne semblait pas y avoir d'élément criminel.

Le 1er juin, la Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada avait autorisé le traitement accéléré des demandes d'asile déposées par les ressortissants de quatre pays, dont le Burundi.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer