Meurtre de Kevin Loures Alves: 15 ans de prison pour homicide involontaire

Un homme de 24 ans, Keyshell Deranks Pierre, a été condamné à une peine de 15... (PHOTO D'ARCHIVES)

Agrandir

PHOTO D'ARCHIVES

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un homme de 24 ans, Keyshell Deranks Pierre, a été condamné à une peine de 15 ans de prison, lundi, à Montréal, après avoir plaidé coupable à une accusation réduite d'homicide involontaire à l'égard de Kevin Loures Alves, ainsi que voie de fait grave envers deux autres hommes, soit Raël Élysée, et Makindy Édouard.

Les trois victimes ont été poignardées au cours d'une querelle. Triste ironie, le jeune homme qui est décédé avait agi comme pacificateur pour calmer les esprits.

Les faits sont survenus à la fermeture des bars, vers 3 heures, la nuit du 2 août 2015, sur le boulevard Saint-Laurent, et résultent d'une querelle entre deux groupes de personnes. En rendant sa décision, la juge Johanne Saint-Gelais a signalé que l'origine de la dispute est inconnue. Certains des belligérants étaient intoxiqués. C'est le cas de M. Deranks Pierre. Des membres des deux groupes étaient en possession d'armes blanches.

Selon un résumé conjoint des faits, des membres des deux groupes ont vu un accident impliquant deux véhicules se produire sur le boulevard Saint-Laurent, au sud de l'avenue des Pins. Une altercation verbale et physique est survenue entre Makindy Édouard, et Matt Evans Jentihomme. Raël Élysée s'y est joint. À ce moment, Kevin Loures Alves est intervenu pour calmer le jeu en indiquant notamment à Jentihomme d'arrêter, car le comportement belliqueux d'Élysée était attribuable à son état d'ébriété.

Un couteau

Voyant l'altercation, M. Deranks Pierre s'est fait remettre un couteau, et a poignardé au bas du dos, M. Élysée. Dans le cours de la rixe, M. Deranks Pierre a aussi poignardé M. Édouard à l'abdomen. Il s'en est pris ensuite à M. Loures Alves, qui s'éloignait de l'altercation. Ce dernier a été déclaré mort à l'hôpital. Les deux autres ont survécu à leurs blessures.

Lundi, devant la juge Saint-Gelais, Maria Fernanda Loures, mère de la victime, a lu une lettre écrite en portugais pour dire la douleur et la peine d'avoir perdu son fils. «Je cherche la justice, car perdre un fils pour une mère c'est comme l'enterrer vivante... Pourquoi es-tu sorti ce soir-là, a-t-elle dit en s'adressant à son fils défunt. Maintenant tu ne peux pas voir tes nièces grandir...»

Il est à noter que trois autres hommes, Marc-Evans Jentihomme, Stanley Casimir, et Jean-François Félix, ont plaidé coupables à une accusation de voie de fait grave, en février dernier, en lien avec cette querelle aux lourdes conséquences. Ils ont écopé de peine de neuf mois qui s'ajoutaient au temps passé en détention préventive. En ce qui concerne M. Deranks Pierre, qui était au départ accusé de meurtre et tentatives de meurtre, c'est une peine de 12 ans qu'il a reçue, lundi. Elle vient s'ajouter aux trois ans comptabilisés en détention préventive. Me Catherine Perrault occupait pour la couronne, tandis que l'accusé était représenté par Me Marie Lyne Tremblay.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer