Accident à Saguenay: le chauffard accusé de conduite avec facultés affaiblies

La camionnette de l'accusé a percuté un véhicule qui transportait... (PHOTO MICHEL TREMBLAY, LE QUOTIDIEN)

Agrandir

La camionnette de l'accusé a percuté un véhicule qui transportait les trois victimes, un jeune couple et un petit garçon de quatre ans, originaires de Saint-David-de-Falardeau.

PHOTO MICHEL TREMBLAY, LE QUOTIDIEN

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Pierre Saint-Arnaud
La Presse Canadienne
SAGUENAY

Yves Martin, 35 ans, le présumé responsable d'un face-à-face qui a entraîné la mort d'un jeune couple et gravement blessé leur enfant, samedi soir à Saguenay, fait face à une accusation de conduite avec les facultés affaiblies ayant causé la mort de deux personnes et une autre de conduite dangereuse ayant causé la mort de deux personnes.

Lors de sa comparution lundi au palais de justice de Chicoutimi, il a aussi été accusé de conduite avec les facultés affaiblies ayant causé des lésions corporelles et de conduite dangereuse ayant causé des lésions corporelles.

Selon les premiers éléments d'enquête, l'accusé était ivre au volant de sa camionnette lorsqu'il a percuté le véhicule qui transportait les trois victimes originaires de Saint-David-de-Falardeau, soit le jeune couple et leur petit garçon de quatre ans.

Le père et la mère sont décédés sur le coup alors que le bambin repose dans un état critique à l'hôpital Sainte-Justine de Montréal où l'on craint pour sa vie, ce qui pourrait altérer la nature des accusations portées contre Yves Martin.

Plusieurs témoins ont affirmé que le suspect conduisait à une vitesse excédant de beaucoup la limite permise et effectuait un dépassement illégal au moment de l'impact.

Yves Martin, qui a des antécédents criminels en matière d'ivresse au volant, demeurera détenu jusqu'à la tenue de son enquête sur remise en liberté provisoire, qui a été fixée à vendredi. Son avocat n'a toutefois pas précisé s'il demandera la remise en liberté de son client ou non.

La Couronne a par ailleurs demandé des analyses sanguines afin d'étayer sa preuve, l'accusé n'ayant pas été en mesure de subir un test d'alcoolémie suivant l'accident.

La conduite avec les facultés affaiblies entraînant la mort est passible de l'emprisonnement à perpétuité, alors que celle de conduite dangereuse ayant causé la mort est assortie d'une peine maximale de 14 ans d'emprisonnement.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer