Mike Duffy: le tribunal se penche sur les déplacements partisans du sénateur

Le sénateur suspendu a plaidé non coupable à... (Photo Sean Kilpatrick, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le sénateur suspendu a plaidé non coupable à 31 chefs de fraude, de corruption et d'abus de confiance.

Photo Sean Kilpatrick, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stephanie Levitz
La Presse Canadienne
Ottawa

Lorsque Mike Duffy a accepté l'invitation du député de Peterborough de venir dans sa circonscription, en 2010 - un déplacement ensuite facturé au Sénat -, il en a aussi profité pour visiter, avec sa femme, l'exposition canine qui se tenait au même moment dans cette ville.

Selon le sénateur Duffy, il s'agissait d'un déplacement de fonction pour discuter d'enjeux relatifs à la télédiffusion, mais la Couronne a soutenu en ouverture du procès que le couple Duffy n'est allé à Peterborough que pour magasiner en vue d'acquérir un nouveau chien.

Le sénateur suspendu a plaidé non coupable à 31 chefs de fraude, de corruption et d'abus de confiance. Certaines de ces accusations sont liées à des réclamations de dépenses qui seraient injustifiées, notamment pour des déplacements personnels.

M. Duffy était une vedette très convoitée par les conservateurs qui voulaient attirer des militants - et des contributions - à leurs activités partisanes. Sa popularité - et donc son «efficacité» pour attirer des sympathisants - n'était surpassée que par celle de l'ancien ministre des Finances Jim Flaherty.

L'ex-député conservateur de Peterborough Dean Del Mastro, qui témoignait par téléphone vendredi au procès du sénateur suspendu, l'avait bien compris lorsqu'il a invité M. Duffy à monter dans sa rutilante Dodge Charger rouge vif, «édition limitée», pour l'emmener d'Ottawa jusque dans sa circonscription.

Interrogé par la Couronne, vendredi, M. Del Mastro a cependant concédé que le sénateur Duffy et sa femme ne l'avaient pas accompagné que par loyauté et partisanerie.

«Ils ont visité une exposition canine», a-t-il admis au tribunal.

On a par contre appris plus tôt cette semaine, au procès, que M. Duffy n'avait pas acheté de chien ce jour-là, ce qui affaiblit un peu la rhétorique de la Couronne. Et M. Del Mastro semble confirmer que le sénateur Duffy avait bel et bien parlé de télédiffusion pendant ce déplacement - le député a évoqué avec l'ancien courriériste parlementaire l'idée de produire une émission sur l'internet qui donnerait la parole aux députés.

M. Del Mastro a été reconnu coupable l'automne dernier d'avoir violé la loi électorale lors du scrutin de 2008, et il attend de connaître sa peine. Il a quitté son siège de député de Peterborough après le verdict de culpabilité.

L'avocat de M. Duffy soutient que ces déplacements partisans sont permis par les règles en vigueur au Sénat, en autant qu'ils n'aient pas lieu pendant une campagne électorale, un congrès à la direction du parti ou une investiture.

Le procès du sénateur suspendu prend maintenant une pause de trois semaines, comme prévu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer