66 mois de prison pour le chauffard Afghani

L'accusé Arif Afghani n'en était pas à ces premiers... (PHOTO IVANOH DEMERS, La Presse)

Agrandir

L'accusé Arif Afghani n'en était pas à ces premiers excès de vitesse.

PHOTO IVANOH DEMERS, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

«Deux personnes sont mortes, une autre est handicapée, et il y a trois familles dévastées. Tout cela aurait pu facilement être évité.»

C'est ce que le juge Pierre Labelle a dit avec insistance, mardi, avant d'imposer 66 mois de prison à Arif Afghani. L'homme de 23 ans a plaidé coupable à des accusations de négligence criminelle causant la mort à deux personnes, et des blessures à une autre.

Le drame est survenu le soir du 24 mars 2011, à l'intersection des rues Beaulac et Poirier, à Saint-Laurent. Afghani, alors âgé de 20 ans, roulait à 102 km/hre dans une zone de 50 et grillait un feu rouge, lorsqu'il a percuté l'automobile conduite par Daniel Clouston. L'homme est mort de même que sa fille, Catherine, sa passagère. 

La jeune fille qui était passagère dans la voiture d'Afghani a été gravement blessée. En raison des séquelles de son traumatisme crânien, elle pourrait ne jamais pouvoir poursuivre ses études ni accéder au marché du travail, a fait valoir le juge Labelle. Afghani aussi a été sérieusement blessé, mais manifestement c'est lui qui s'en tire le mieux.  Il est en prison depuis janvier, moment où il a plaidé coupable.

Afghani était un adepte de la vitesse et un chauffeur totalement irresponsable comme en font foi les 18 constats d'infraction qu'il avait récoltés avant la funeste collision.

«Il est l'auteur de son propre malheur. Il semble traiter le réseau routier comme son propre circuit privé», a fait valoir le juge Labelle, avant d'ajouter qu'il devait dénoncer énergiquement cette pratique. 

Afghani a exprimé des remords. Mais le juge a relevé qu'après son enquête préliminaire, il avait placé sur son Facebook une photo d'une BMW quasiment identique à celle qu'il conduisait au moment de la collision. Le juge a qualifié cela d'affreux «manque de jugement.»

Après sa sortie de prison, Afghani sera soumis à une interdiction de conduire pendant six ans. 

Lynda Bonneville, qui a perdu son mari et sa fille à cause de la conduite d'Afghani, est heureuse que les procédures soient finies. 

«C'est un cauchemnar depuis quatre ans. C'est fini, mais mon mari et ma fille ne reviendront pas», a-t-elle dit avec émotion.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer