Fraude: le piège des billets noircis

Emma Sophia Biagné, une Montréalaise qui a personnifié... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

Emma Sophia Biagné, une Montréalaise qui a personnifié une Africaine fraîchement débarquée du Zimbabwe, a été accusée de fraude de plus de 5000$.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

André Ayotte croyait bien faire quand il a accepté de prêter 5600$ pour «10 minutes» au prétendu frère de Martine, une Africaine de 28 ans qu'il venait de rencontrer par l'entremise du site internet Nice People. Le quinquagénaire venait plutôt de se faire piéger dans une arnaque de «black money».

Pour récupérer ses 5600$ et faire encore plus d'argent, comme on le lui faisait maintenant miroiter, M. Ayotte devait acheter un précieux liquide pour «transformer» des tas de billets noircis en bel argent propre. Petit hic: la bouteille se vendait 200 000$. S'il trouvait cela un peu cher, on lui offrait la version économique: une demi-bouteille pour 100 000$.

«J'ai décidé de les faire arrêter», a raconté M. Ayotte au procès d'Emma Sophia Biagné.

Mme Biagné, une Montréalaise qui a personnifié l'Africaine fraîchement débarquée du Zimbabwe, a été accusée de fraude de plus de 5000$ et de complot.

Lent processus

Cette affaire est survenue à Montréal il y a presque six ans, soit en octobre 2008. Le processus judiciaire n'a pas été rapide, c'est le moins qu'on puisse dire. Mais le procès de Mme Biagné tire maintenant à sa fin. Les plaidoiries des avocates, Me Josée Goulet en défense et Me Carolyne Paquin pour la Couronne, se sont conclues récemment, et il revient maintenant au juge Yves Paradis de décider du sort de la femme de 33 ans.

Mme Biagné est la seule personne arrêtée et accusée dans cette affaire. Son faux frère, le mystérieux «Patrick», n'a jamais été épinglé. Il faut dire que Mme Biagné est restée bien vague à son sujet. Il s'agit d'un «client» qu'elle a connu dans un restaurant où elle travaillait en 2008, a-t-elle raconté. Elle ne s'est pas faite précise sur les heures d'ouverture de l'établissement ni sur ses heures de travail à elle. Le resto, qui appartenait à une amie, selon elle, fermait quand il n'y avait personne, et elle-même y travaillait quand elle avait le temps... Tout ce que Mme Biagné affirme savoir du fameux Patrick, c'est qu'il venait du Sénégal, qu'il était dans l'import-export et qu'il voyageait beaucoup.

Billets tachés

Selon la preuve présentée au procès, c'est le 12 octobre 2008 que M. Ayotte se rend à l'hôtel Delta afin d'y rencontrer Martine pour la première fois. La jeune femme prétend être tout juste arrivée du Zimbabwe. La rencontre se passe bien. Martine demande à M. Ayotte de revenir le lendemain, car elle veut lui présenter son frère, qui arrive de France.

Le lendemain, les trois personnes se rencontrent à l'hôtel. Le frère, Patrick, confie qu'il lui faut 5600$ pour récupérer sa valise. Si M. Ayotte veut bien les lui prêter, il lui rendra l'argent 10 minutes plus tard, car le fric se trouve dans la valise. M. Ayotte accepte. Il revient le lendemain avec l'argent comptant et le remet à Patrick, qui disparaît pendant une trentaine de minutes, avant de revenir à la chambre d'hôtel.

Patrick a maintenant la valise. Il l'ouvre. L'argent est tout taché de brun. Patrick utilise un liquide pour «transformer» quelques billets. Ceux-ci redeviennent tout propres. Malheureusement, il ne reste plus de liquide pour nettoyer le reste de l'argent. Il faut acheter ce petit produit miracle, qui coûte 200 000$ la bouteille, apprend M. Ayotte... Il y en aurait pour quelques millions à transformer, avec un bon bénéfice pour M. Ayotte s'il accepte de payer la bouteille.

La police alertée

Réalisant qu'il vient de se faire avoir, M. Ayotte décide de jouer le jeu pour les coincer. Il affirme qu'il n'a pas l'argent, mais qu'un de ses amis pourrait être intéressé.

Une fois parti, M. Ayotte s'empresse de prévenir la police, qui décide de tendre un piège aux frangins. Un enquêteur personnifiera l'ami de M. Ayotte. C'est ainsi qu'une rencontre est organisée le 16 octobre. M. Ayotte, son supposé ami (l'agent Michel Vadeboncoeur) et Martine (Mme Biagné) sont présents.

Lors de la rencontre, il y a des échanges au téléphone avec Patrick, mais celui-ci, sentant peut-être la soupe chaude, ne se présente pas. Il faut dire que l'enquêteur se montre bien pressé pour que ça aboutisse, en raison des budgets serrés du Service de police de la Ville de Montréal. Finalement, ce jour-là, seule Mme Biagné (Martine) est arrêtée.

Pour rendre service

Au procès, Mme Biagné a raconté qu'elle avait accepté de personnifier Martine à la demande de Patrick, pour lui rendre service. Elle l'aurait fait en ne sachant rien d'autre et en ne posant aucune question. Elle a rencontré M. Ayotte à quatre reprises dans des hôtels du centre-ville, du 12 au 16 octobre 2008, mais elle soutient n'avoir rien vu de cette fraude qu'on lui impute.

M. Ayotte, quant à lui, assure que Martine (Mme Biagné) a été présente à toutes les rencontres et qu'elle était au courant de tout ce qui se passait. Il n'a jamais récupéré son argent et a trouvé le processus judiciaire bien lent.

Le juge Paradis rendra son jugement le 24 juillet.

La fraude de «black money» consiste à altérer... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

La fraude de «black money» consiste à altérer du papier pour faire croire qu'il s'agit d'argent qui n'est pas sous sa forme normale. Le fraudeur affirme qu'il est en mesure de fournir un produit qui remettra les billets de banque dans leur état original en échange d'un important montant d'argent.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Une arnaque peu répandue

Peu répandue si on la compare au vol d'identité et aux fraudes par cartes de crédit, l'arnaque de «black money» fait tout de même des victimes chaque année.

Difficile d'en connaître le nombre exact, car ce n'est pas tout le monde qui est prêt à porter plainte et à ainsi avouer qu'il s'est fait prendre. «Ça vient souvent par vague. On ne peut pas dire qu'on est dans une vague présentement. On a eu deux cas avec des victimes depuis le début de l'année, et d'autres qui ont été approchées. Il y a eu des pertes de plus de 150 000$. Mais il faut toujours rappeler aux gens d'être prudents», indique Mario Langlois, lieutenant-détective à la section des crimes économiques du Service de police de la Ville de Montréal.

La fraude de «black money» consiste à altérer du papier, par exemple en le noircissant avec un bouchon de liège brûlé ou de la cendre de cigarette, pour faire croire qu'il s'agit d'argent qui n'est pas sous sa forme normale. Le fraudeur raconte une histoire selon laquelle c'était le seul moyen de sortir l'argent du pays - souvent en Afrique. Il affirme qu'il est en mesure de fournir un produit qui remettra les billets de banque dans leur état original. «Le but est de vendre le produit. On vous dit que vous allez récupérer votre argent avec un profit intéressant», résume M. Langlois.

Comment expliquer que les gens se fassent prendre avec des histoires aussi rocambolesques? «Les gens perdent leur jugement à l'approche d'un gain rapide qui peut être très important», répond M. Langlois.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer