Arrestation musclée dans une piscine de Laval

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une vidéo montrant l'arrestation, dimanche dernier, d'un homme à la piscine Saint-Vincent, à Laval, adjacente au Centre de la nature, est rapidement devenue virale sur l'internet avec plus de 80 000 visionnements en fin de soirée, hier.

Sur la vidéo d'une durée de cinq minutes, on aperçoit des policiers maîtriser puis menotter un homme nommé Zakaria Sorhri aux abords de la piscine devant des dizaines de personnes, dont sa femme et ses enfants.

Le maillot de bain que portait M. Sorhri est à l'origine de l'arrestation et de la vidéo de celle-ci. Selon la version de M. Sorhri, le personnel de la piscine l'aurait averti une première fois à 11 h 30 que son maillot « n'était pas conforme parce que c'était un short sportif ». Sa famille et lui ont alors quitté les lieux.

L'homme affirme s'être rendu par la suite à un poste de police de Laval pour s'informer de la validité du règlement invoqué par les employés de la piscine. « L'agent nous a expliqué que c'était correct, mais d'appeler la Ville de Laval pour avoir plus d'information. Ma femme leur a téléphoné, et ils ont aussi dit que c'était correct », raconte M. Sorhri. Hier en fin de journée, la police de Laval n'était pas en mesure de confirmer cette information.

Sous-vêtements interdits

Toute la famille est donc retournée à la piscine vers 14 h. Selon des témoins de l'arrestation rencontrés hier soir par La Presse, on aurait de nouveau signifié à M. Sorhri qu'il ne pouvait se baigner avec un maillot ne servant pas exclusivement à la baignade et qu'il était interdit de porter des sous-vêtements sous celui-ci.

L'agent du Service de police de Laval Franco Di Genova dit « que les employés ont tenté pendant une trentaine de minutes de convaincre l'homme de se conformer au règlement. Sans succès. C'est à ce moment qu'ils ont demandé notre intervention. À l'arrivée des policiers, un responsable a demandé au monsieur de quitter. Il a levé le ton et devant son refus de coopérer, les policiers l'ont arrêté ».

«Humiliant»

« Il n'y avait rien qui indiquait le règlement à l'entrée. C'est une histoire bizarre. Je ne comprends pas. La police ne m'a pas traité comme un citoyen. C'était très humiliant et devant ma femme et mes enfants », dit M. Sorhri, encore ébranlé par les événements.

Dans une autre vidéo publiée sur les réseaux sociaux, l'homme raconte avoir été brutalisé par les policiers une fois à l'abri des regards des gens sur place. En passant par le vestiaire, une policière l'aurait blessé à l'épaule en le cognant sur une porte. Plus loin, elle lui aurait aussi pilé sur le pied volontairement. M. Sorhri déplore aussi avoir été insulté par la suite, alors qu'un policier lui aurait dit : « On ne veut plus de pourriture comme toi ici. »

À ce propos, en entrevue avec La Presse, M. Sorhri a affirmé ne plus avoir la force d'en parler et a dit qu'il maintenait sa version racontée dans la vidéo.

Une contravention et une visite à l'hôpital

Les policiers lui ont finalement remis une contravention de 149 $ pour avoir troublé la paix dans un parc. Après les événements, il a été transporté à l'hôpital. « Je n'ai pas eu de fracture, heureusement. Mon médecin m'a forcé au repos pendant trois jours. »

« Je ne peux pas faire de commentaire sur cette question, car il est possible qu'il y ait une plainte en déontologie policière, dit l'agent Franco Di Genova. Donc une enquête pourrait avoir lieu. »

De son côté, M. Sorhri ne sait pas encore s'il portera plainte. « Je suis en train de ramasser l'information à ce sujet. Je ne sais pas ce qui va se passer dans les prochains jours. Je suis très fatigué. Ça fait deux jours que j'essaie de reprendre mes forces. »

La police de Laval a confirmé à La Presse que M. Sorhri recevra une sommation à comparaître au cours des prochains jours.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer