L'Unité permanente anti-corruption débarque à Saguenay

L'Unité permanente anti-corruption (UPAC) est descendue dans les... (Photo Jeannot Lévesque, Le Quotidien)

Agrandir

L'Unité permanente anti-corruption (UPAC) est descendue dans les bureaux de l'hôtel de ville de Saguenay et de Promotion Saguenay mercredi matin.

Photo Jeannot Lévesque, Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Unité permanente anticorruption (UPAC) mène présentement des perquisitions à l'hôtel de Ville de Saguenay et dans les bureaux de l'organisme Promotion Saguenay, dans le cadre d'une enquête en cours sur l'usage de fonds publics.

Contacté par La Presse en matinée, le maire Jean Tremblay s'est fait rassurant sur l'ampleur des irrégularités qui pourraient intéresser les enquêteurs dans sa ville. « Ce n'est pas la même chose qu'à Montréal du tout », assure-t-il, en référence aux scandales de corruption et collusion qui ont secoué les anciennes administrations municipales de la métropole il y a quelques années.

Le maire dit avoir tiré les vers du nez aux policiers qui ont fait irruption dans les locaux de sa ville ce matin. « [En tant que maire] tu prends tellement de décisions un moment donné que tu te demandes... mais eux ne voulaient pas me dire ce que c'était [leur enquête]. Ils disaient que c'était sous scellé. J'ai dit : "Sous scellé, sous scellé, je veux savoir un petit peu !" Et il s'est échappé, il a dit : "Tu as des conseillers qui sont allés en voyage." »

Les voyages de conseillers municipaux ont alimenté beaucoup de controverse à Saguenay. L'un d'eux, Bernard Noël, est encore sous le coup d'une suspension de son poste après avoir reconnu ses torts devant la Commission municipale en lien avec un voyage familial à Nice subventionné sans motif raisonnable par l'organisme Promotion Saguenay.

L'ancien conseiller Fabien Hovington avait quant à lui été pointé du doigt pour un voyage sur la Côte d'Azur et en Scandinavie où il devait faire des démarches pour faire venir une étape de championnat du monde à Saguenay : les médias avaient appris qu'il n'avait même pas adressé la parole aux autorités de la compétition ni aux commanditaires de l'événement qu'il devait courtiser pendant son périple payé par les fonds publics.

« Il n'y a jamais eu d'accusations criminelles, mais j'ai l'impression que c'est en train de faire son chemin », a déclaré Jean Tremblay ce matin.

Une vingtaine d'enquêteurs de l'UPAC participent à l'opération aujourd'hui. Plusieurs rencontres avec des témoins ou suspects sont au programme cette semaine dans la région. Certains policiers resteront sur place plusieurs jours.

- Avec Le Quotidien

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer