Un autre Hells Angels profite de la décision de la Cour d'appel

La décision rendue la semaine dernière par la Cour d'appel permet à un autre... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

La décision rendue la semaine dernière par la Cour d'appel permet à un autre membre des Hells Angels d'obtenir sa libération. 

Jonathan Robert... - image 1.0

Agrandir

Jonathan Robert

Jonathan Robert, membre de la section de Québec, a vu sa sentence être réduite de six ans, ce qui le rend automatiquement admissible à une libération d'office aux deux tiers de sa peine. En octobre 2013, Robert, 45 ans, a plaidé coupable, comme plusieurs de ses «frères» accusés dans l'opération SharQc, à un chef réduit de complot pour meurtre. Il a été condamné 10 ans et un mois mais la décision de la Cour d'appel, rendue dans la foulée de l'avortement du procès des cinq Hells Angels de Sherbrooke, a ramené sa sentence à quatre ans et un mois.

La Commission des libérations conditionnelles du Canada impose toutefois de sévères conditions à Robert, en raison des risques de récidive qu'il représente.

Dans sa décision, un commissaire souligne notamment que le motard a deux autres peines fédérales à son actif, qu'il a plusieurs antécédents, de violence notamment, qu'il a plusieurs fois brisé ses conditions ou fait fi de ses périodes de probation, qu'il n'a suivi aucun programme correctionnel à l'intérieur des murs et enfin, que son équipe de gestion de cas considère que sa criminalité est un choix de vie.

Membre des Mercenaires en 1990, Robert a joint les Hells Angels en 1997 et a occupé le rôle de sergent d'armes du chapitre de Québec durant la guerre des motards.

«L'information à votre dossier indique que vous avez participez à plusieurs complots de meurtres de sympathisants d'organisations adverses et étiez présents lors de l'assassinat de certains individus, ce que vous niez», écrit notamment le commissaire.

Robert, qui a été libéré le premier septembre, ne doit fréquenter aucun individu ayant des antécédents criminels ou étant lié à une organisation criminelle, doit éviter les débits de boisson, doit respecter un couvre-feu en maison de transition, rechercher et occuper un emploi et divulguer toutes ses transactions financières.

Rappelons que la semaine dernière, dans la foulée de la fin abrupte du procès SharQc en octobre 2015, la Cour d'appel a réduit de huit, sept et six ans les peines de 35 Hells Angels qui avaient plaidé coupable à un chef de complot, ce qui a mené à la libération immédiate de 15 d'entre eux.

---

Pour joindre Daniel Renaud en toute confidentialité, composez le (514) 285-7000, poste 4918, ou écrivez à l'adresse postale de La Presse.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer