Dany Villanueva accusé de trafic de drogue

Dany Villanueva... (PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Dany Villanueva

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Marin
La Presse Canadienne

Dany Villanueva, qui a été arrêté jeudi dans une opération policière antidrogue avec plusieurs autres personnes, fait face à trois chefs d'accusation pour des crimes liés aux stupéfiants.

Détenu depuis son arrestation, il a comparu vendredi après-midi au palais de justice de Montréal.

Menotté, vêtu de noir, l'homme de 29 ans n'a eu aucune réaction lorsque le procureur de la Couronne s'est opposé à sa remise en liberté.

Une enquête sur cautionnement aura donc lieu lundi à Montréal et un juge décidera s'il peut être libéré en attendant son procès.

Dany Villanueva n'a pas enregistré de plaidoyer vendredi.

Son avocat, Me Günar Dubé, n'a pas voulu commenter, disant ne pas encore avoir eu la chance de prendre connaissance du dossier.

Dany Villanueva est accusé de possession de stupéfiants - de la marijuana - en vue d'en faire le trafic, de complot en vue de faire du trafic et aussi de trafic d'une substance illicite.

Il est le frère de Fredy Villanueva, qui était tombé sous les balles d'un policier alors qu'il se trouvait dans un parc de Montréal-Nord, en août 2008. Cette affaire avait fait beaucoup de bruit à l'époque et mené à des manifestations contre les actions des policiers.

Jeudi, le Service de police de la ville de Montréal (SPVM) a effectué une intervention visant un réseau organisé de trafic de stupéfiants. Il avait mené une perquisition dans une résidence située dans l'arrondissement de Montréal-Nord et pas moins de dix individus avaient été arrêtés sur place.

Dany Villanueva avait par contre été épinglé à Repentigny, dans la région de Lanaudière.

Auparavant, le jeune homme avait été menacé d'expulsion et de renvoi vers le Honduras en raison de ses antécédents judiciaires, dont une condamnation pour vol qualifié.

Fin février, il avait toutefois obtenu l'autorisation du ministre fédéral de l'Immigration de rester au pays. Ce dernier a déterminé que le risque auquel il s'exposait en rentrant dans son Honduras natal était plus important que le niveau de dangerosité qu'il constituait pour la société canadienne.

Une condamnation pour trafic de drogue pourrait remettre cette décision en question, mais pas forcément, a expliqué l'avocat qui représente Dany Villanueva dans ses procédures d'immigration.

«Présentement, on parle d'accusations, pas de condamnation. Il bénéficie de la présomption d'innocence comme n'importe quel accusé», a souligné Me Stéphane Handfield.

«Maintenant, si les accusations devaient se transformer en condamnation, le ministre aura à prendre une décision en fonction du dossier et des faits qui lui seront présentés», a-t-il ajouté.

Mais cette révision du dossier n'est pas automatique et le ministre pourrait très bien décider de ne pas le réévaluer, a fait valoir Me Handfield.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer