Les avocats et notaires du gouvernement croient la grève inévitable

Le principal point en litige est la demande... (PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le principal point en litige est la demande du syndicat de modifier en profondeur le régime de négociation.

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lia Lévesque
La Presse Canadienne

L'exaspération des quelque 1100 avocats et notaires du gouvernement du Québec vient de monter d'un cran; ils se dirigent vraisemblablement vers une grève.

LANEQ, ou Les Avocats et notaires de l'État québécois, a réuni son conseil des représentants, lundi, pour faire le point sur la négociation avec le gouvernement du Québec et sur la suite des choses. Ils sont sans contrat de travail depuis un an et demi.

Or, cette négociation est «au point mort» et la grève apparaît maintenant inévitable, a admis au cours d'une entrevue avec La Presse canadienne, mardi, le président de LANEQ, Me Jean Denis.

Le principal point en litige est la demande du syndicat de modifier en profondeur le régime de négociation. Il veut obtenir un mécanisme d'arbitrage qui lierait les parties. Et, en revanche, il se dit prêt à laisser tomber son droit de grève.

Mais le gouvernement a opposé un non catégorique à cette demande d'arbitrage exécutoire, a rapporté Me Denis.

Ces avocats et notaires sont à l'emploi des différents ministères et organismes, comme l'Autorité des marchés financiers, Investissement Québec, la Régie de l'énergie et l'Agence du revenu. Ce syndicat représente entre autres les légistes, qui rédigent les lois et règlements.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer