Les documents de la biographe de Jacques Languirand saisis

Jacques Languirand, qui aura 85 ans dimanche, souffre d'alzheimer... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Jacques Languirand, qui aura 85 ans dimanche, souffre d'alzheimer à un stade avancé.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les enquêteurs du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ont saisi tard en soirée jeudi l'ensemble des documents écrits et audio que détenait l'auteure Aline Apostolska en lien avec la biographie de Jacques Languirand, Le cinquième chemin, qu'elle a coécrit avec lui il y a près de deux ans.

Selon nos sources, cette perquisition a été effectuée à la suite du dépôt d'une plainte en début de semaine par Line Beaumier, ex-compagne de Martine Languirand (morte l'été dernier), qui affirme que cette dernière aurait été victime d'une relation incestueuse avec son père, Jacques Languirand.

Selon Mme Beaumier, Jacques Languirand aurait discuté ouvertement, lors d'entrevues enregistrées par sa biographe, de la relation incestueuse qu'il aurait eue avec sa fille Martine. La famille de Jacques Languirand, qui est aujourd'hui sévèrement atteint de la maladie d'Alzheimer, aurait finalement choisi de retrancher ces informations de la version définitive du livre, allègue Mme Beaumier.

Contactée par La Presse, Aline Apostolska a préféré ne pas accorder d'entrevue. L'écrivaine a toutefois confirmé qu'on lui avait saisi tous les documents qu'elle avait archivés chez elle relatifs à son livre publié aux Éditions de l'Homme.

UN CUL-DE-SAC JURIDIQUE

Selon l'avocate criminaliste Véronique Robert, les enquêteurs du SPVM ont peu de chances de voir leur enquête mener le Directeur des poursuites criminelles et pénales à déposer des accusations contre Jacques Languirand, car « celle qui est probablement la seule témoin est décédée et l'accusé est inapte à subir un procès. Donc il ne se passera rien », analyse-t-elle.

« Résumons le tout : les policiers ont possiblement ouvert une enquête pour [récolter des éléments de preuve, s'ils existent], puis pour vérifier si Jacques Languirand est apte ou inapte à subir un procès. Bref, ils iront peut-être à sa rencontre. Ensuite, ils peuvent décider de soumettre le dossier au procureur de la Couronne. Si le procureur juge qu'il y a matière à porter des accusations, M. Languirand se présentera dans le box des accusés. Or, son avocat dira qu'il est inapte à subir un procès et le juge l'enverra se faire évaluer. Trente jours plus tard, il reviendra en cour, [mais dans son état, il sera probablement renvoyé] en évaluation, et on continuera ainsi jusqu'à l'infini », a résumé la criminaliste.

Le commandant Ian Lafrenière, directeur des communications et des relations médias du SPVM, a refusé de commenter cette affaire ou de confirmer les informations obtenues par La Presse.

« Nous ne commentons pas nos enquêtes, car nous voulons que les citoyens aient confiance en leurs policiers. Ceux qui portent plainte, que ce soit contre un voisin, un patron ou peu importe, ont le droit que le processus demeure confidentiel. C'est ce qui fait en sorte que les gens portent plainte », a-t-il dit.

PAS DE COMMENTAIRE, DIT LA FAMILLE

Dans un communiqué, jeudi, la famille de Jacques Languirand, y compris les trois enfants de Martine Languirand, a dit souhaiter que l'on respecte leur droit à la vie privée.

« La conjointe de M. Languirand, Nicole Dumais, son fils Pascal et ses petits-enfants Alexis, Julie et Mimi questionnent les motivations s'apparentant à de l'acharnement derrière les sorties répétées à l'endroit de Jacques Languirand. La famille se retrouve dans un tourbillon médiatique à cause d'affirmations de toute sorte établissant des liens de cause à effet spéculatifs. La famille Languirand ne souhaite pas commenter de tels propos », ont-ils écrit.

« Qui plus est, ces conjectures sont amenées dans les médias alors que les deux personnes qui pourraient y répondre sont dans l'incapacité de le faire, M. Languirand étant gravement malade et sa fille étant décédée. Jacques Languirand, qui aura 85 ans le 1er mai, souffre d'alzheimer à un stade avancé. Le traitement de sa maladie, diagnostiquée en 2012, nécessite des soins fréquents. Ses proches s'y consacrent quotidiennement », peut-on lire dans le communiqué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer