L'ex-bâtonnière Lu Chan Khuong blâmée par le Barreau

Lu Chan Khuong a été élue à la... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Lu Chan Khuong a été élue à la tête de l'ordre professionnel des avocats en mai dernier par une forte marge, avant d'être suspendue de son poste en juillet, puis de démissionner en septembre.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La bâtonnière démissionnaire Lu Chan Khuong vient d'être blâmée par un comité du Barreau pour avoir omis de déclarer adéquatement les dépenses et les revenus relatifs à sa campagne électorale du printemps dernier.

Cette nouvelle mésentente ranime un conflit qui s'était pourtant calmé depuis quelques mois: la principale intéressée dénonce une vendetta politique de ses adversaires.

Me Khuong a été élue à la tête de l'ordre professionnel des avocats en mai dernier par une forte marge, avant d'être suspendue de son poste en juillet, puis de démissionner en septembre. Même si elle n'occupait plus son poste, l'avocate devait, cet automne, faire rapport des finances de sa campagne. Or, elle a omis de le faire, malgré des rappels du Barreau.

«En conséquence», peut-on lire dans le bulletin électoral final de la course, «le Comité électoral émet un blâme à l'encontre de madame la bâtonnière Lu Chan Khuong».

L'avocate avait bien envoyé une lettre affirmant que sa campagne avait coûté «la somme de 93 000 $», le tout assumé «personnellement». «Aucun montant n'a été reçu en don ou en commandite», ajoutait la lettre.

Le Comité électoral demandait toutefois un document qui détaille chaque dépense et chaque don. Le document envoyé «ne respecte pas les engagements pris par madame la bâtonnière Lu Chan Khuong, de répondre sans délai au Comité électoral et de respecter les décisions du Comité électoral», a écrit le comité.

«Frivole et farfelu»

La principale intéressée rejette l'analyse du Comité électoral.

«Je n'accorde aucune crédibilité à ce comité qui est composé d'adversaires politiques avoués», a-t-elle réagi. «Ce blâme est frivole et farfelu.»

Sur le fond de l'affaire, Me Khuong plaide que le formulaire de déclaration «n'existait pas» lorsqu'elle a déposé sa candidature. «En près de 150 ans d'existence, c'est la première fois que le Barreau du Québec s'intéresse aux dépenses d'un candidat. Les règles changent au fil du temps.» Elle estime avoir respecté ses obligations légales.

De plus, l'avocate de Québec pense très sérieusement à se représenter en 2017. «Je ne vais pas divulguer toutes mes dépenses [de 2015] parce que ça fait partie de ma stratégie [pour 2017]. J'ai réussi à faire sortir» le vote, a-t-elle rappelé.

Le Barreau du Québec et son comité électoral ont refusé de commenter le dossier. «Le Barreau du Québec n'accordera pas d'entrevue», a affirmé la responsable des communications, Martine Meilleur. «Le blâme est la conséquence du défaut constaté.»

Luc Deshaies, adversaire de Me Khuong dans la course au bâtonnat, a déclaré avoir dépensé 26 000 $ dans sa campagne, dont 1200 $ provenant de dons. Ses principales dépenses ont été la création d'un site internet et le tournage d'une capsule vidéo.

Lu Chan Khuong s'est retrouvée au centre d'une controverse, l'été dernier, après que La Presse a révélé que l'avocate avait bénéficié d'un programme de déjudiciarisation en lien avec un vol à l'étalage allégué dans un magasin Simons de Laval. Me Khuong jure depuis qu'il s'agissait d'un imbroglio.

- Avec Vincent Brousseau-Pouliot et Daphné Cameron

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer