Exclusif

Nombreux vols de passeports malgré la puce électronique

L'an dernier, au moins 13 031 passeports ont... (PHOTO ANNE GAUTHIER, LA PRESSE)

Agrandir

L'an dernier, au moins 13 031 passeports ont été déclarés volés, une légère baisse par rapport à l'année précédente.

PHOTO ANNE GAUTHIER, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Depuis l'instauration du passeport à puce électronique, il y a trois ans, environ 13 000 passeports canadiens ont été volés chaque année, malgré sa sécurité renforcée, révèlent des documents obtenus grâce à la Loi sur l'accès à l'information. Alors que le groupe État islamique sème la terreur partout sur la planète, le précieux document bleu demeure « prisé par les groupes terroristes », estime un expert en sécurité nationale.

Le nombre de passeports canadiens volés n'a pratiquement pas fluctué depuis 2010. L'an dernier, au moins 13 031 vols ont été rapportés aux autorités canadiennes. Le total pourrait même être plus élevé, puisque les données reposent sur une période indéterminée de l'année. En 2012, avant l'implantation du passeport électronique, 13 232 passeports avaient été volés.

Seul point positif : moins de passeports canadiens ont été perdus depuis 2013, alors que 53 222 avaient été égarés, contre 46 860 l'an dernier. Au total, c'est environ 60 000 passeports qui sont perdus ou volés année après année au Canada, malgré les efforts du gouvernement pour enrayer le fléau. Cela représente toutefois « moins de 0,3 % du nombre total de passeports en circulation », soit 23 millions, se défend Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada.

« Nous ne pouvons pas émettre d'hypothèses quant aux raisons pour lesquelles les statistiques des passeports perdus ou volés demeurent stables », a indiqué par courriel Nancy Caron, porte-parole du ministère de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté du Canada. Il n'a pas été possible d'obtenir une entrevue avec un dirigeant du Ministère pour en savoir plus sur les conséquences de ces vols et sur les moyens déployés pour s'attaquer au problème.

Le passeport canadien doté d'une puce électronique a été mis en circulation en juillet 2013 par le gouvernement Harper. « Le but de la puce dans le passeport électronique canadien est de diminuer la falsification de documents et de faciliter le traitement à la frontière, plutôt que de réduire l'incidence de la perte ou du vol du passeport », a affirmé la porte-parole Nancy Caron.

En principe, aucun passeport sans puce ne sera en circulation à la fin de l'année 2018, cinq ans après le déploiement du nouveau passeport, valide pour une durée de 5 ou 10 ans, selon le choix du détenteur. Les documents obtenus par La Presse ne précisent pas si les anciens passeports sont davantage volés que les nouveaux documents à puce.

Depuis 2013, il en coûte 45 $ pour remplacer un passeport valide perdu ou volé. Entre le 31 mars 2014 et le 31 décembre 2015, 3,5 millions de dollars ont été recueillis par les autorités grâce à ces frais. Ceux-ci s'appliquent seulement si le détenteur demande un passeport de remplacement. Environ 78 000 personnes ont ainsi déboursé cette somme au cours de cette période.

Qui vole ces passeports canadiens?

Malgré la montée en puissance du groupe djihadiste État islamique, le trafic de passeports canadiens sur le marché noir reste d'abord et avant tout « l'apanage de réseaux criminels organisés », soutient Dave Charland, un ex-agent du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS). Néanmoins, le passeport canadien demeure « prisé par les groupes terroristes, puisque ça leur donne accès facilement à tout le monde occidental », estime-t-il.

« C'est sûr qu'il faut se préoccuper de ça, parce que le risque existe que certains vols soient commandités [par des groupes terroristes] ou que certains passeports finissent dans les mains d'extrémistes. »

« [...] Ces passeports se retrouvent sur le marché, donc c'est possible pour [les terroristes] qu'ils puissent l'acquérir et s'en servir par la suite », explique Dave Charland.

Le spécialiste en sécurité nationale souligne qu'à sa connaissance, aucun « réseau affilié à un groupe terroriste » ne se consacre au trafic de passeports canadiens au pays. Aucun étranger n'est en outre venu au Canada avec un faux passeport pour commettre un acte terroriste, avance-t-il. « Ils n'en ont pas besoin, parce qu'il y a plein de manières faciles d'entrer au Canada. Ce n'est pas si compliqué de venir ici. Pourquoi commencer à trouver un faux passeport ? »

Selon l'ex-agent du SCRS, les groupes terroristes modernes, comme l'État islamique, n'ont plus besoin de se procurer de faux passeports pour semer la terreur, contrairement à Al-Qaïda. « Ces groupes disent même à leurs membres : ne venez pas chez nous, faites des choses chez vous. Leur stratégie de recrutement est de demander aux gens au Canada de commettre des actes, plutôt que d'essayer d'infiltrer le pays en tant que tel », analyse Dave Charland.

Certains terroristes pourraient toutefois vouloir se procurer un faux passeport pour se « sauver des autorités ». « Mais ils n'ont pas la mentalité de se sauver, ils ont la mentalité de se sacrifier pour leur cause », évoque-t-il.

- Avec William Leclerc, La Presse

Passeports canadiens perdus ou volés

  • 2015* : 59 891 (volés : 13 031)
  • 2014 : 61 966 (volés : 12 883)
  • 2013 : 66 069 (volés : 12 847)
  • 2012 : 66 289 (volés : 13 232)
  • 2011 : 64 726 (volés : 12 821)
  • 2010 : 61 099 (volés : 12 856)

* Les données ne contiennent pas la dernière période de l'année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer