Martin Prud'homme va s'occuper du SPVM

Le directeur général de la Sûreté du Québec,... (Photo David Boily, archives La Presse)

Agrandir

Le directeur général de la Sûreté du Québec, Martin Prudhomme.

Photo David Boily, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le patron de la Sûreté du Québec, Martin Prud'homme, quittera pour l'instant ses fonctions pour devenir «l'administrateur temporaire» qui aura à redresser la barre au SPVM, a appris La Presse de sources sûres.

Un pari important, puisque traditionnellement la Sûreté du Québec et le SPVM ont été en rivalité. La proposition surprise faite ce matin au conseil des ministres par Martin Coiteux a surpris plusieurs personnes autour de la table. Les ministres Pierre Moreau, Pierre Arcand et Jean-Marc Fournier étaient passablement perplexes quant à l'opération envisagée par leur collègue de la Sécurité publique.

Un argument fort: M. Prud'homme était disponible sur le champ, une condition que n'offraient pas d'autres candidats potentiels, a expliqué le ministre Coiteux à ses pairs.

Il est convenu que M. Prud'homme retrouvera sa fonction de directeur général de la SQ après son passage au SPVM, qui se terminera le 31 décembre 2018.

Le directeur général adjoint de la SQ Yves Morency remplacera temporairement M. Prud'homme comme directeur général pendant le séjour de ce dernier au SPVM.

«Tutelle déguisée», selon l'opposition

Aux yeux du député du Parti québécois, Pascal Bérubé, le ministre Coiteux a commis une «erreur» en plaçant le chef de la SQ à la tête du plus important corps policier municipal. Selon lui, Québec aurait plutôt dû choisir un civil.

«On nous promet un ménage, on ne fait que déstabiliser pour un an la direction de la Sûreté du Québec, et Dieu sait qu'on a besoin de stabilité présentement dans le domaine de la police, a résumé M. Bérubé. C'est une tutelle déguisée.»

Le député dit n'avoir aucun reproche à faire à M. Prud'homme, qu'il appuie pleinement comme chef de la SQ. Il craint toutefois que la police provinciale est vue «par beaucoup trop de monde au SPVM comme un corps de police concurrent, voire rival».

- Avec la collaboration de Martin Croteau




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer