Quand le Canada emprisonne les migrants et leurs enfants

Au Canada, de 5 à 10 % des demandeurs... (PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE)

Agrandir

Au Canada, de 5 à 10 % des demandeurs d'asile aboutissent en détention, parfois dans des centres spécialisés, comme celui de Laval, parfois dans des prisons de droit commun.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À la veille de la date prévue pour son expulsion, Béatrice était bien résignée à rentrer au Burundi. Sa demande d'asile avait été rejetée, elle avait épuisé tous les autres recours et elle n'allait tout de même pas disparaître dans la nature pour vivre dans l'illégalité. Surtout pas avec Angélique, sa fillette de 18 mois.

Mais en ce mois d'avril 2015, son pays natal venait d'entrer en ébullition. Paniqués, des amis la suppliaient de rester au Canada. « Ils me disaient : "Ça brûle ici, tout le monde fuit. Où donc veux-tu aller ?" »

La jeune Burundaise, qui a choisi de témoigner sous un pseudonyme, avait déjà fait ses valises. Elle était prête à rentrer dans ce pays qui lui avait volé son père, assassiné en 1993.

Mais depuis que le président Pierre Nkurunziza avait annoncé qu'il briguerait un troisième mandat, outrepassant la limite imposée par la Constitution, les tensions ethniques qui couvaient sous la braise s'étaient rallumées.

« Je n'allais quand même pas me jeter dans le feu, surtout pas avec un enfant ! »

La mort dans l'âme, Béatrice s'est donc présentée au bureau montréalais de Citoyenneté et Immigration dans l'espoir de retarder son renvoi. « Je leur ai demandé d'attendre que ça se calme au Burundi. Je voulais protéger mon enfant. »

Quelques heures plus tard, Béatrice et Angélique se sont plutôt retrouvées... en prison. Plus précisément au Centre de surveillance de l'immigration, bâtiment encerclé de barbelés et planté dans un terrain vague de Laval.

« J'étais perdue, personne ne m'a dit ce que je faisais là-bas. J'étais incapable de manger, de dormir. Quand ma fille s'est endormie, j'ai pleuré. » - Béatrice, nom d'emprunt d'une jeune Burundaise qui a été détenue avec sa fillette de 18 mois au Centre de surveillance de l'immigration

Quand Béatrice se souvient des six semaines de détention avec son bébé, elle a des sanglots dans la voix. « Le pire, c'était de ne pas savoir ce qui allait m'arriver. Le jour, ma fille me tenait en vie. Mais la nuit, c'était comme si je tombais dans un gouffre. »

UNITÉ 9

Entrer au Centre de surveillance de l'immigration de Laval, c'est comme pénétrer dans l'univers d'Unité 9 : un agent déverrouille la porte à distance, vous confisque votre cellulaire et vous demande de vider vos poches. Si vous avez rendez-vous avec un détenu, vous pouvez l'attendre dans la salle des visiteurs. Seuls les détenus, leurs gardiens et quelques rarissimes organisations humanitaires peuvent aller au-delà de cette pièce.

Plus d'un millier d'étrangers, surtout des demandeurs d'asile, y sont incarcérés chaque année parce qu'un agent des services frontaliers doute de leur identité ou soupçonne qu'ils ne respecteront pas une ordonnance de renvoi.

Le Canada compte deux autres centres semblables, à Toronto et Vancouver. Plus de 4000 personnes passent par ces lieux de détention chaque année. Parmi eux, des dizaines d'enfants - dont plusieurs, comme Angélique, possèdent la citoyenneté canadienne.

Tout, ici, appartient à la culture carcérale, souligne la psychologue et chercheuse Janet Cleveland, qui a réalisé une étude sur l'impact de la détention sur les migrants.

L'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) transporte les détenus dans un fourgon cellulaire. Lorsqu'ils ont rendez-vous à la Commission de l'immigration et du statut de réfugié, qui doit approuver leur incarcération, ils portent menottes et chaînes aux pieds. Même chose s'ils ont un rendez-vous médical à l'extérieur de la prison.

« Ces gens sont détenus sur la base d'un simple soupçon, sans sentence, sans connaître la durée de leur détention et sans aucun mécanisme de plainte ou de surveillance. » - Janet Cleveland, psychologue et chercheuse, auteure d'une étude sur l'impact de la détention sur les migrants

Leur sentiment d'impuissance est source d'anxiété et de détresse. Le taux de dépression est supérieur de 50 % chez les demandeurs d'asile détenus à celui chez ceux qui ne le sont pas, peut-on lire dans la recherche publiée en 2013.

« C'est incroyable de constater combien la détention est dure pour la santé mentale, combien il est destructeur de ne plus contrôler les moindres gestes de la vie quotidienne, comme l'heure à laquelle on se lève et celle à laquelle on mange », dit la psychiatre Rachel Kronick, qui s'intéresse particulièrement à l'impact de la détention sur les enfants.

Au Canada, de 5 à 10 % des demandeurs d'asile aboutissent en détention, parfois dans des centres spécialisés, comme celui de Laval, parfois dans des prisons de droit commun.

Au Québec, la majorité des cas de détention concerne des questions d'identité. Ailleurs au Canada, il s'agit plutôt de dossiers de renvoi. « La même loi conduit à des pratiques complètement différentes. Ça montre le caractère arbitraire de ces décisions, », dénonce Jenny Jeanes, d'Action Réfugiés - seul organisme, avec la Croix-Rouge canadienne et le Haut Commissariat pour les réfugiés, à avoir accès au Centre de surveillance de Laval.

Jenny Jeanes y rencontre chaque semaine des gens plongés dans l'angoisse. « Ils sont très surveillés, ils ont le sentiment d'être traités comme des criminels et ils ont honte. »

Quand ils s'estiment mal traités, ils ne peuvent se plaindre qu'à... l'ASFC, l'Agence responsable de leur détention. « Ils le font très rarement, ils ont trop peur. »

UN RÉGIME CARCÉRAL

Les médias ne sont pas admis à l'intérieur du centre de détention, mais des témoignages recueillis par des chercheurs, Action Réfugiés et des conversations avec d'anciens détenus donnent une bonne idée des conditions de vie qui y règnent.

Les détenus sont soumis à une routine quasi militaire, avec réveil à 5 h 30. Les chambres comptent jusqu'à huit lits. Le problème le plus répandu, c'est l'insomnie.

Il y a un secteur pour les femmes et les enfants, un autre pour les hommes. Une salle commune avec deux télés. Les détenus, qui sont identifiés par leur numéro de chambre, n'ont pas accès à l'internet. Pourtant, beaucoup doivent faire des démarches pour documenter leur identité. Pour communiquer avec l'extérieur, il y a un téléphone public exigeant des cartes prépayées.

« La vie au centre de détention était difficile, on nous réveillait à 5 h. Moi, je faisais des cauchemars toute la nuit, je n'arrivais pas à dormir », se souvient Mamadou Sanogo, un Ivoirien qui a failli mourir gelé en traversant la frontière près de Lacolle, l'hiver dernier.

Ces conditions sont difficiles pour tout le monde. Imaginez une femme enceinte. Et des enfants.

DES ENFANTS DERRIÈRE LES BARREAUX

Sarah était enceinte de sept mois quand elle a atterri à Montréal avec son fils de 2 ans - et un immense désir de recommencer sa vie loin de son Nigeria natal, dont les traditions la condamnaient à une vie dont elle ne voulait pas.

Quelques heures plus tard, elle était enfermée dans un fourgon cellulaire qui fonçait dans la nuit. « Je ne comprenais pas pourquoi je me retrouvais là, je n'avais commis aucun crime ! »

Sarah, qui témoigne sous un nom d'emprunt, a poursuivi sa grossesse dans l'aile familiale du centre de surveillance de l'immigration de Laval, avec un gamin qui réagissait mal et refusait de lui obéir.

« Je craignais de le discipliner, j'avais peur que les agents notent quelque chose de négatif à mon sujet », se souvient-elle.

Au centre de détention, elle se sentait constamment épiée, il y avait des caméras et des gardiens qui suivaient ses moindres gestes. « Le seul endroit où je ne me sentais pas suivie, c'est aux toilettes ! »

Quand les contractions ont commencé, Sarah a dû laisser son bambin aux gardiens de l'aile familiale. À l'hôpital, le médecin s'adressait aux gardes qui la surveillaient depuis la porte de sa chambre. « Pourtant, c'était moi qui accouchais. Donner naissance dans ces conditions, c'est horrible. »

L'histoire de Sarah, qui aura passé deux mois en détention, s'est passée il y a neuf ans. Mais les choses n'ont pas changé depuis.

Récemment, c'est une famille de sept personnes, dont quatre enfants, qui s'est retrouvée derrière les barreaux du centre de Laval. La mère et les deux aînés risquaient l'expulsion. Le reste de la famille attend le dénouement d'une demande d'asile.

« En prison, notre plus jeune fils est devenu très agressif, il lui arrivait de mordre les agents, et il en a gardé des séquelles », confie le père.

L'an dernier, l'ASFC a placé 201 mineurs en détention. Cette année, c'était 162. L'agence affirme vouloir limiter la détention d'enfants aux cas de dernier recours, en tenant compte de leur intérêt supérieur.

« Le nombre d'enfants détenus au Canada tend à baisser, mais il y en a encore trop. La détention n'est jamais dans l'intérêt de l'enfant. » - Jean-Nicolas Beuze, représentant du Haut Commissariat pour les réfugiés à Ottawa

D'autres organisations, comme Amnistie internationale, l'UNICEF et le Comité des droits de l'homme de l'ONU, dénoncent cette pratique.

« La détention d'enfants dans des cas reliés à l'immigration n'ajoute rien à la sécurité du public, mais a un impact nocif considérable sur une population déjà vulnérable », dénonce un rapport publié récemment par le Groupe de recherche sur les droits de la personne de la faculté de droit de l'Université de Toronto.

Toutes les mères interrogées par les chercheurs s'inquiétaient de l'impact de la détention sur la santé de leurs enfants. Ces derniers « avaient de la difficulté à dormir, avaient perdu l'appétit, ne s'intéressaient plus aux jeux et avaient manifesté des symptômes de dépression et d'anxiété, ainsi que des problèmes médicaux, dont plusieurs ont persisté une fois qu'ils avaient retrouvé la liberté ».

Il y a deux ans, Béatrice a fait un constat semblable. « Angélique ne voulait plus jouer, elle ne mangeait presque plus, elle passait son temps collée sur moi », se souvient-elle.

En même temps, devoir veiller sur Angélique l'a aidée à tenir le coup. Et séparer les enfants des parents, pour leur éviter la détention, est tout aussi nocif, affirme le rapport de l'Université de Toronto.

« Il y a une question de base à se poser, résume la psychologue Janet Cleveland : pourquoi donc ces gens doivent-ils être détenus, alors qu'on ne leur reproche aucun crime ? »

La détention des migrants en chiffres

6596 personnes ont été détenues pour des motifs liés à l'immigration par l'Agence des services frontaliers du Canada (ACSF) durant l'année 2015-2016, et ce, pour 23 jours en moyenne.

4379* d'entre elles ont été incarcérées dans des centres spécialisés pour des cas reliés à l'immigration et 2909* dans des prisons de droit commun. Parmi ces détenus, on compte 201 mineurs.

Au cours des trois dernières années, 595 mineurs ont été détenus au Canada.* Une personne peut être initialement détenue dans un centre spécialisé puis transférée par la suite dans une prison de droit commun

2338 personnes ont été libérées après avoir comparu devant la Commission de l'immigration et du statut de réfugié (CISR), moins de 48 heures après leur arrestation.

55 jours Durée de séjour moyenne pour les 4258 personnes dont la détention a été confirmée par la CISR.

Des 6596 personnes détenues en 2015-2016

  • 1245 l'ont été au Québec
  • 3660 en Ontario
  • 1481 en Colombie-Britannique et au Yukon

Au cours des cinq dernières années, le nombre total de personnes détenues a chuté de 29,5 %. Le nombre de mineurs détenus a baissé de 31,4 % depuis trois ans.

90 % Selon une étude commandée par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), plus de 90 % des demandeurs détenus au Canada le sont pour des motifs qui n'ont rien à voir avec la sécurité.

310,01 $ Coût de la détention d'une personne par jour

Sources : ASFC, CISR et HCR




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Travailler au noir... pour le gouvernement

    Enquêtes

    Travailler au noir... pour le gouvernement

    Ils vivent dans l'ombre. Ils triment dur, souvent la nuit. Ils sont invisibles. Et pourtant, les sans-papiers se comptent sans doute par milliers à... »

  • Montréal n'est pas (encore) une «ville sanctuaire»

    Enquêtes

    Montréal n'est pas (encore) une «ville sanctuaire»

    Malgré une déclaration unanime de son conseil municipal, en février, Montréal est encore loin de pouvoir se prétendre «ville sanctuaire». Au... »

  • Dans la peau d'une sans-papiers

    Enquêtes

    Dans la peau d'une sans-papiers

    5h30, métro Saint-Michel. Des entreprises de la région de Montréal ont désespérément besoin de bras, au point d'accueillir le premier travailleur... »

  • Une main-d'oeuvre jetable

    Enquêtes

    Une main-d'oeuvre jetable

    La condition des travailleurs et travailleuses immigrants sans papiers ou en attente d'un statut ne cesse de se détériorer, tonnent les organismes de... »

  • Soigner des patients clandestins

    Enquêtes

    Soigner des patients clandestins

    La scène, hautement inhabituelle, se déroule dans un des plus grands hôpitaux de Montréal. Une médecin spécialiste attend son patient à l'entrée... »

  • Le Montréal des sans-papiers: une journée chez médecins du monde

    Enquêtes

    Le Montréal des sans-papiers: une journée chez médecins du monde

    Depuis 2011, Médecins du monde soigne les personnes migrantes dépourvues de couverture médicale dans sa clinique du boulevard Crémazie à Montréal,... »

  • Une femme sans-papiers devenue aveugle faute de soins

    Enquêtes

    Une femme sans-papiers devenue aveugle faute de soins

    Depuis plus de 30 ans, Marcia a peur. Peur de traverser la rue sur un feu rouge et qu'un policier ne la surprenne. Peur que ses employeurs ne... »

  • Marcher sa vie

    Enquêtes

    Marcher sa vie

    Quand il est arrivé à Montréal à l'hiver 2015, Teo croyait pouvoir refaire sa vie après avoir fui son pays natal, le Mexique, où la violence et les... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer