«Le Dr Barrette ne nous favorisera pas», dit la FMSQ

Diane Francoeur, qui a occupé le poste de vice-présidente... (Photo Ninon Pednault, Archives La Presse)

Agrandir

Diane Francoeur, qui a occupé le poste de vice-présidente de la FMSQ aux côtés du Dr Barrette durant trois ans, souhaite «améliorer l'accès aux soins spécialisés» et «atteindre la parité salariale avec le reste du Canada».

Photo Ninon Pednault, Archives La Presse

Les différents acteurs du réseau de la santé ont réagi, hier, à l'élection d'un gouvernement libéral majoritaire et de son candidat-vedette, le Dr Gaétan Barrette.

«Le Dr Barrette a toujours défendu les causes du rôle qu'il occupait. S'il est nommé ministre, il va jouer ce rôle et ne nous favorisera pas», a déclaré la Dre Diane Francoeur dans sa première entrevue accordée depuis son élection le 20 mars dernier à la tête de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ).

Celle qui a occupé le poste de vice-présidente de la FMSQ aux côtés du Dr Barrette durant trois ans souhaite «améliorer l'accès aux soins spécialisés» et «atteindre la parité salariale avec le reste du Canada».

Les omnipraticiens en attente

Le président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), le Dr Louis Godin, reconnaît que le Dr Barrette a eu des «propos difficiles» au sujet des médecins de famille au cours des dernières années, notamment en mentionnant que la pénurie d'omnipraticiens n'existait pas.

«Mais nous allons attendre de voir qui est nommé ministre de la Santé avant de commenter», dit le Dr Godin. La FMOQ souligne avoir présenté plus tôt cette année un plan pour améliorer l'accès aux médecins de famille à Philippe Couillard et Yves Bolduc, et l'écoute «a été bonne».

La CSN inquiète, les infirmières critiques

Pour le vice-président de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), Jean Lacharité, les libéraux «sont les instigateurs des partenariats public-privé en santé» et le syndicat se dit «très inquiet» que d'autres projets ne soient lancés. M. Lacharité, redoute aussi qu'un système de santé à deux vitesses ne s'établisse au Québec.

La Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ) avoue avoir «émis des critiques» à l'égard «de certaines promesses formulées par le Parti libéral». Mais l'organisation souhaite tout de même «établir un dialogue constructif» avec le nouveau gouvernement.




la boite:2512870:box
la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer