Legault ne veut plus parler de la charte

François Legault était en entrevue dans une radio... (PHOTO LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

François Legault était en entrevue dans une radio de Québec, lundi matin. Il a soutenu que son désir n'était pas de faire de la Charte le thème principal du dernier droit de la campagne, lui préférant celui de l'économie.

PHOTO LA PRESSE CANADIENNE

(Québec) Quelques heures après avoir avancé que les résidants de du 450 « ne se retrouvent plus » à Montréal, François Legault a affirmé lundi qu'il ne veut plus parler de la charte.

Le chef de la Coalition avenir Québec a affirmé en conférence de presse qu'il refusera désormais de répondre aux questions qui touchent de près ou de loin la charte de la laïcité.

« Vous ne m'embarquerez pas là-dedans, a-t-il dit lors d'un point de presse à Québec. Je ne jouerai pas le jeu de Mme Marois de parler de la charte. Je veux parler d'économie et je vais parler d'économie jusqu'au 7 avril. J'ai dit ce que j'avais à dire sur la charte. »

Quelques heures plus tôt, M. Legault avait donné une série d'entrevues à des stations de radio de Québec, au cours desquelles il a abondamment discuté des commentaires de Janette Bertrand, selon lesquels l'intégrisme représente «un danger» au Québec.  

Sur les ondes de CHOI, M. Legault a réitéré que les inquiétudes de Mme Bertrand sont « fondées sur des inquiétudes réelles ». Il a affirmé que les résidents de la banlieue de Montréal sont particulièrement sensibles à la menace intégriste.

« Les gens qui habitent sur l'île de Montréal, qui vivent avec les immigrants tous les jours, ils ne voient pas de problème, a dit le chef caquiste. Les gens qui habitent en banlieue de Montréal, qui viennent travailler à Montréal, arrivent et ils ne se retrouvent plus chez eux à Montréal. Ça les inquiète. » 

« Ils se disent, est-ce qu'on peut mettre des balises ? a-t-il ajouté. Il y a eu l'histoire du YMCA, l'histoire du kirpan dans une école. Ils entendent ça et ils disent 'heille, est-ce qu'on peut mettre un cadre' ? »

Dimanche, François Legault a affirmé que les propos de Janette Bertrand n'étaient « pas acceptables », mais il refusé de lui lancer la pierre en affirmant que sur le fond, « elle est inquiète avec raison ».

Lundi, il a une fois de plus soufflé le chaud et le froid. Il a décrit la sortie de Mme Bertrand comme un « dérapage », mais il a de nouveau reconnu que « c'est le genre de propos que j'entends souvent ».

« C'est fondé sur des inquiétudes réelles. Mme Bertrand, avec tout ce qu'elle a fait au Québec, on ne peut pas lui reprocher de ne pas être branchée sur Monsieur et Madame tout-le-monde. Par contre, la façon dont elle l'exprime, c'est là que ce n'est pas acceptable. »




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:2512870:box
la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer