Marois: pas de compressions, même sans entente avec les médecins

Même sans entente renégociée avec les médecins spécialistes pour étaler leurs... (Photo La Presse Canadienne)

Agrandir

Photo La Presse Canadienne

(LAVAL) Même sans entente renégociée avec les médecins spécialistes pour étaler leurs hausses salariales, il n'y aura pas de compressions en santé, assure Pauline Marois.

«Les services ne seront pas coupés, mais leur déploiement progressera moins rapidement (...) Notre intention n'est pas de procéder à des compressions», a dit la chef du Parti québécois (PQ) lors d'une conférence de presse pour présenter ses engagements en santé. 

Mme Marois n'a pas précisé quels services seraient affectés si une entente n'était pas conclue. Ce travail n'a pas été fait, car elle est confiante de pouvoir s'entendre avec la Fédération des médecins spécialistes (FMSQ). Elle a d'ailleurs refusé d'évoquer le recours à une loi spéciale, une question «hypothétique». 

Le PQ propose de hausser de 3% les dépenses en santé l'année prochaine. Une cible très ambitieuse. Elles ont augmenté en moyenne de 5,6% dans la dernière décennie. Les libéraux proposent une hausse d'environ 4,5%.

Selon le budget péquiste, la majorité de l'argent neuf (540 des 976 millions) irait aux hausses salariales consenties aux médecins spécialistes par le gouvernement libéral.

Au lendemain du dépôt du budget péquiste le mois dernier, plusieurs intervenants craignaient des compressions.

La FMSQ avait obtenu une hausse salariale de 67% en cinq ans pour combler l'écart avec ses collègues du reste du Canada. Le gouvernement péquiste veut étaler ces hausses.   La FMSQ a accepté ce principe et entamé des négociations. Les libéraux s'y opposent.En février, le ministre de la Santé, Réjean Hébert, prévenait que sans entente, il pourrait y avoir des compressions.

300 GMF d'ici 2016

Mme Marois présentait ses engagements en santé à Laval avec ses nouveaux candidats Diane Lamarre (ex-présidente de l'ordre des pharmaciens), Gyslaine Desrosiers (ex-présidente de l'Ordre des pharmaciens), et Gilles Aubé (médecin généraliste), en plus de la ministre déléguée aux Services sociaux Véronique Hivon et de M. Hébert.

Le ministre de la Santé promet de porter à 300 le nombre de groupes de médecine familiale (GMF) d'ici 2016.

Le PQ conserve ainsi la cible donnée lors de la dernière campagne. À son arrivée au pouvoir, il y en avait 243. M. Hébert a modifié le «cadre de gestion» pour forcer les GMF à respecter le seuil minimal de patients et d'heures d'ouverture par semaine. Deux GMF sur cinq ne respectaient pas ces cibles sous le gouvernement libéral. 

M. Hébert a ensuite créé 13 nouveaux GMF. Il en manque donc 44 à créer d'ici 2016.

Les engagements du PQ en santé reprennent les mesures déjà annoncées dans le budget. Le projet d'assurance autonomie serait en vigueur en avril 2015, espère-t-on.




la boite:2512870:box
la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer