Analyse

Les hauts fonctionnaires dans l'insécurité, en cas de victoire libérale

Le poste de numéro un des fonctionnaires est... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le poste de numéro un des fonctionnaires est occupé depuis l'élection de Mme Marois par Jean Saint-Gelais, qui avait assumé la même fonction sous Bernard Landry entre 2001 et 2003.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) À Québec, les mandarins lisent les sondages. Et la perspective d'une victoire du Parti libéral, le 7 avril, amène une fébrilité certaine dans le cercle des grands commis de l'État. Des hauts fonctionnaires, embauchés comme contractuels, lorgnent du côté des postes dotés d'une meilleure sécurité d'emploi.

Au dernier conseil des ministres, le jour du déclenchement des élections, un administrateur d'État, Patrice Dallaire, s'est fait rétrograder comme cadre au Conseil exécutif, un poste offrant davantage de sécurité d'emploi. Il annonçait par la suite sa candidature pour le Parti québécois dans la région de Québec. D'autres fonctionnaires contractuels ont fait de même depuis, semble-t-il.

Si le PQ est réélu le 7 avril, il n'y a guère de changements à prévoir dans la haute fonction publique. Il en ira tout autrement si c'est le PLQ qui récupère le pouvoir, après 18 mois dans l'opposition. La formule peut changer, elle peut être plus acceptable politiquement, mais chaque nouveau gouvernement arrive avec sa hit list, a bien identifié les têtes qui vont rouler. Mario Laprise, le patron de la Sûreté du Québec, sera aussi dans la ligne de mire.

Au siège social de la SQ, rue Parthenais, l'atmosphère est lourde. Avant les élections de 2012, certains dirigeants, sentant le vent, avaient refilé des informations délicates à des stratèges péquistes. Le PQ avait tout de suite nommé à la tête de la SQ un des siens, Mario Laprise, originaire du Saguenay, proche du clan de Marc-André Bédard depuis des décennies. La perquisition au siège social du PLQ mais surtout l'expédition de deux agents de la SQ au domicile de Philippe Couillard ont fait déborder le vase.  La rencontre embarrassante pour le politicien, sans justification évidente, a fait l'objet d'une fuite dans les médias, dans les minutes qui ont suivi, avant même que Couillard ne puisse le faire savoir à son caucus en réunion ce matin-là. Avec un nouveau gouvernement, la police change toujours de patron. 

Des libéraux soutiennent qu'on voudra enfin un directeur sans liens avec la politique - une occasion de recycler une suggestion de Jacques Duchesneau.

Le poste de secrétaire en jeu

Du côté des mandarins, toujours advenant une victoire libérale, un premier changement est incontournable. Nouveau régime, nouveau secrétaire général du gouvernement. Le poste de numéro un des fonctionnaires est occupé depuis l'élection de Mme Marois par Jean Saint-Gelais, qui avait assumé la même fonction sous Bernard Landry entre 2001 et 2003. Au milieu de la cinquantaine, M. Saint-Gelais avait passé toute sa carrière au ministère des Finances, où il était sous-ministre adjoint, quand M. Landry avait fait appel à lui en 2001. 

Pour ce poste clé, certains croient que Philippe Couillard choisira quelqu'un qu'il connaît depuis longtemps - cela a été son attitude quand il a choisi Jean-Louis Dufresne, un ami de longue date, comme chef de cabinet. Si cette règle prévaut, Roberto Iglesias a une longueur d'avance. Nommé à la Santé en 2003, Couillard a tout de suite fait appel à Iglesias, son ancien mentor à l'Université de Sherbrooke, comme sous-ministre - quitte à lui donner le salaire le plus élevé de la fonction publique. Mais à 67 ans, ce compagnon de route viendrait probablement à Québec pour une brève période de temps. Cet atterrissage expliquerait la démission-surprise d'Iglesias à l'Institut de la santé, à mi-mandat, quelques semaines avant les élections. 

D'autres mandarins parient sur Luc Meunier, actuel président d'Infrastructure Québec, bien vu de libéraux influents comme André Dicaire, mais moins apprécié de certains élus, semble-t-il. Meunier est proche de Saint-Gelais, qui, lui, est davantage associé au PQ. À deux, ils ont influencé beaucoup de nominations stratégiques au cours des 18 derniers mois. Mais Meunier avait aussi été choisi par les libéraux comme secrétaire du Conseil du trésor en 2003. Avec des années de compressions importantes à venir, avoir de l'expérience pour fermer le robinet peut peser lourd.




publicité

la boite:2512870:box

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer