PKP: Québec solidaire appelle les syndicats à tourner le dos au PQ

La porte-parole de Québec solidaire, Françoise David... (PHOTO ÉRICK LABBÉ, LE SOLEIL)

Agrandir

La porte-parole de Québec solidaire, Françoise David

PHOTO ÉRICK LABBÉ, LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'arrivée de Pierre Karl Péladeau à titre de candidat du Parti québécois dans la circonscription de Saint-Jérôme doit faire changer « l'attitude bienveillante » qu'ont les syndicats envers les troupes péquistes, espère la porte-parole de Québec solidaire, Françoise David.

« J'espère vraiment que le mouvement syndical délaissera son appui, ou plutôt son attitude de neutralité bienveillante à l'égard du PQ, (...) qui vient de recruter le champion des lock-out », a affirmé la candidate de la circonscription de Gouin lors d'une entrevue avec La Presse.

« Pierre Karl Péladeau, c'est l'entrepreneur sans règle et sans considération aucune pour les gens qui sont à son emploi. Il représente la quintessence de l'intransigeance capitaliste », a vivement plaidé Mme David.

Le Parti québécois ne peut plus se qualifier de formation politique progressiste, dénonce Québec solidaire, qui tourne au ridicule les appels qui ont été faits récemment auprès des souverainistes progressistes afin qu'ils votent PQ le 7 avril prochain.

« Avec des gens comme M. Péladeau, l'État va devenir une forme de business », craint Mme David.

Une grosse prise, soutient le SPQ-Libre

L'arrivée en politique provinciale du magnat de la presse et homme d'affaires est une « grosse prise » pour le Parti québécois, soutient le président des Syndicalistes et progressistes pour un Québec libre (SPQ-Libre), Marc Laviolette.

« Je ne partage pas la façon dont Pierre-Karl Péladeau a géré ses relations de travail, mais il ne s'agit pas ici de négocier une convention collective. On veut bâtir un pays, alors son arrivée (dans la coalition péquiste) est un gros plus », a dit à La Presse l'ancien président de la Confédération des syndicats nationaux (CSN).

M. Laviolette critique sévèrement au passage l'attitude de Québec solidaire « qui ne comprend pas que pour faire un pays, il faut une coalition. »

« Québec solidaire a beau crier ou japper, la caravane va passer. (...) On n'est pas sectaire ou dogmatique au SPQ-Libre. La question identitaire a polarisé la dernière période et notre système électoral favorise le bipartisme. L'élection va se jouer entre souverainistes et fédéralistes », croit M. Laviolette.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

la boite:2512870:box

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer