Mulcair voulait privatiser Orford, selon d'ex-collègues

Après avoir été informé des commentaires sur sa... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, archives La Presse)

Agrandir

Après avoir été informé des commentaires sur sa position dans le dossier du parc du Mont-Orford lorsqu'il était ministre de l'Environnement, Thomas Mulcair a fait transmettre une déclaration par son attaché de presse qualifiant les allégations de «farfelues et mensongères».

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) D'anciens collègues de Thomas Mulcair dans le gouvernement Charest ont conservé un profond ressentiment à l'endroit du chef du NPD, qui caracole en tête des sondages au Québec. Ils ont sursauté en lisant dans son autobiographie qu'il avait été «par principe» toujours opposé à la privatisation du parc du Mont-Orford, une controverse qui avait secoué le gouvernement Charest en 2006.

Jointe par La Presse cette semaine, l'ancienne ministre Monique Gagnon-Tremblay a dit avoir un souvenir précis de ce débat qui avait profondément divisé sa région. «Ce dossier avait traîné énormément, le premier ministre [Charest] me l'avait confié. J'avais communiqué avec Tom [Mulcair] pour savoir comment y arriver, j'ai suivi ses conseils, suis intervenue auprès des gens de la région. Une fois la solution trouvée, M. Mulcair a fait le contraire. Ç'a été pour moi une très mauvaise expérience!», se rappelle l'ex-députée de Saint-François.

Pour elle, il était clair que Thomas Mulcair était à l'origine favorable «à ce que la montagne passe au privé». Elle rappelle avoir refusé jusqu'ici de commenter cette période et ses rapports avec M. Mulcair. «J'ai refusé et dit à tous les journalistes que si je devais le faire, mes commentaires ne seraient pas favorables», explique-t-elle.

Alors membre du Conseil des ministres, Pierre Reid, toujours député d'Orford, vient corroborer ces souvenirs. Au début de ce débat, «Tom essayait de nous convaincre qu'il fallait vendre», de confier M. Reid, réticent à répondre aux questions de La Presse. «Nous n'étions pas convaincus, mais on s'était dit finalement: c'est lui, le ministre», poursuit M. Reid. La volte-face de M. Mulcair avait également fait tiquer une autre collègue, Line Beauchamp, qui avait relevé, au caucus, les contradictions du ministre de l'Environnement, a confié une autre source.

Mulcair se défend

Vingt-quatre heures après avoir été informé de ces déclarations, M. Mulcair a fait transmettre une déclaration par son attaché de presse. «Des accusations farfelues et mensongères. Les faits sont connus depuis longtemps et les médias ont couvert ce dossier en long et en large. M. Mulcair a quitté le Conseil des ministres parce qu'il s'opposait au développement privé dans le parc du Mont-Orford contre la volonté du bureau du premier ministre et de M. Reid. Prétendre le contraire dix ans plus tard est absurde.» Un conseiller de M. Mulcair renchérit, affirmant qu'il est étrange que «des libéraux provinciaux associés au PLC nous garrochent ça dans les jambes dix ans plus tard».

Thomas Mulcair dit avoir démissionné à cause du mont Orford - à l'époque, il mentionnait aussi les visées de l'administration Vaillancourt sur les milieux humides à Laval. Or, pour des témoins de l'époque, bien d'autres facteurs ont joué dans la décision de Jean Charest de rétrograder son bouillant ministre de l'Environnement. Ce dernier était à couteaux tirés avec plusieurs collègues, se rappelle un proche de M. Charest, maintenant totalement retiré de la politique.

Le week-end dernier, Jean Charest, dans une discussion avec des sympathisants de Sherbrooke, rappelait que Tom Mulcair avait «manqué de respect» à Mme Gagnon-Tremblay dans le traitement de ce dossier.

D'anciens ministres ainsi que des conseillers de M. Charest à l'époque se souviennent que, dans un comité ministériel, M. Mulcair avait durement attaqué Mme Gagnon-Tremblay, à un point tel que cette dernière avait éclaté en sanglots. Or Jean Charest a toujours veillé à ce que Mme Gagnon-Tremblay soit satisfaite de son rôle au sein de son gouvernement. Après la débâcle conservatrice de 1993, la députée provinciale de Saint-François avait donné un appui indéfectible au député conservateur de Sherbrooke.

Dans la fébrilité des échanges autour du parc du Mont-Orford, dans ce comité ministériel, «il a mis en doute l'intégrité de Mme Gagnon-Tremblay. C'est la goutte qui a fait déborder le vase qui a déclenché sa démotion du Conseil des ministres», d'expliquer un ancien ministre de même qu'un conseiller de M. Charest à l'époque.

«M. Mulcair m'avait manqué de respect, et dès le lendemain, Jean Charest l'avait convoqué à son bureau et lui avait annoncé qu'il quittait son ministère», s'est bornée à souligner Mme Gagnon-Tremblay, qui a refusé de discuter du contenu de l'échange.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Les plus populaires sur Auto

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

image title
Fermer