Le vent souffle vers l'est pour le NPD

La vague de popularité du NPD est maintenant... (Photo: Laetitia Deconinck, Le Soleil)

Agrandir

La vague de popularité du NPD est maintenant telle qu'elle pourrait emporter la ministre des Affaires intergouvernementales, Josée Verner, et deux de ses collègues conservateurs de la région de Québec, bastion des troupes de Stephen Harper depuis 2006.

Photo: Laetitia Deconinck, Le Soleil

Porté par une vague de popularité sans précédent, le NPD pourrait mettre la main sur plusieurs sièges jugés imprenables dans la région de Québec au début de la campagne électorale il y a cinq semaines à peine.

La vague est maintenant telle qu'elle pourrait emporter la ministre des Affaires intergouvernementales, Josée Verner, et deux de ses collègues conservateurs de la région de Québec, bastion des troupes de Stephen Harper depuis 2006. Elle pourrait aussi causer la perte de deux bloquistes, dont la candidate Christiane Gagnon, députée de Québec depuis 1993.

Dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, le ministre des Anciens Combattants, Jean-Pierre Blackburn, se fait aussi chauffer par le candidat néo-démocrate Claude Patry.

Tels sont les résultats de sondages réalisés par CROP pour Le Soleil dans la région de Québec et pour Le Quotidien dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Ces sondages réalisés dans neuf circonscriptions démontrent que les appuis aux troupes de Jack Layton, loin de s'estomper, ont encore augmenté à trois jours du scrutin. Le vote libéral, lui, s'effondre complètement.

En tout, 400 personnes ont été sondées dans chacune des circonscriptions.

En deux semaines, le NPD a vu ses appuis augmenter de 15 points dans la région de Québec, selon Youri Rivest, vice-président chez CROP. «C'est énorme. Le NPD a pris des votes à tous les partis. C'est cela, une vraie vague. Il n'y a pas un transfert d'un parti à l'autre. Il en tire de tous les partis», a dit M. Rivest.

Dans Louis-Saint-Laurent, la ministre Josée Verner et la jeune néo-démocrate Alexandrine Latendresse sont à égalité dans les intentions de vote avec 37% chacune après répartition proportionnelle des indécis (14%). Le bloquiste France Gagné n'obtient que 17% et le libéral Philippe Mérel, un maigre 8%. Mme Verner devra mettre les bouchées doubles pour l'emporter lundi. Mais ses appuis semblent plus solides que sa rivale, qui est davantage populaire chez les jeunes.

Dans Beauport-Limoilou, la conservatrice Sylvie Boucher voit ses appuis fondre à seulement 27% après répartition des indécis. Le porte-couleur du NPD, Raymond Côté, est en tête avec 36% des voix, soit une avance de six points pourcentage sur son plus proche adversaire, le bloquiste Michel Létourneau. Élue pour la première fois en 2006, Mme Boucher récoltait 36% des appuis au début de la campagne contre 20% à M. Côté, selon un coup de sonde CROP.

Le conservateur Daniel Petit est également en danger dans Charlesbourg-Haute-Saint-Charles. Ce dernier récolte 31% des voix, quatre points de moins que la néo-démocrate Anne-Marie Day (35%), après répartition des indécis. Le bloquiste Félix Grenier est loin derrière avec 22%.

Dans Québec, la bloquiste Christiane Gagnon est ex aequo avec la candidate néo-démocrate Annick Papillon. Les deux femmes récoltent 34% des voix, tandis que les autres candidats doivent se contenter de 15% ou moins. On dénombre 19% d'indécis dans ce bastion bloquiste.

Louis-Hébert, qui a changé de camp deux fois depuis 2006, pourrait de nouveau changer de couleur lundi. Le candidat néo-démocrate Denis Blanchette détient une mince avance de deux points (32% à 30%) sur le candidat bloquiste Pascal-Pierre Paillé, qui avait repris la circonscription des conservateurs en 2008.

Le candidat indépendant André Arthur, élu pour la première fois en 2006, est engagé dans une lutte à trois dans Portneuf-Jacques-Cartier à la suite de la montée fulgurante du NPD au Québec. La néo-démocrate Élaine Michaud est maintenant tête avec 31% -elle était troisième avec 18% dans un précédent sondage- tandis que M. Arthur recueille 29% et le bloquiste Richard Côté 28%. Mais la lutte s'annonce imprévisible puisqu'un cinquième des électeurs disent être indécis ou discrets.

Dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, seul le ministre Jean-Pierre Blackburn doit mettre les bouchées doubles pour l'emporter lundi. M. Blackburn récolte 34% des voix contre 32% au candidat du NPD Claude Patry. Le bloquiste Pierre Forest est loin derrière avec 25%.

Dans Roberval-Lac-Saint-Jean, le ministre responsable du Développement régional, Denis Lebel, règne en maître, obtenant l'appui de tout près d'un électeur sur deux (47%). Son plus proche rival, le néo-démocrate Yvon Guay, doit se contenter de 27%.

Mince consolation pour le Bloc québécois, son candidat Robert Bouchard est en voie d'être réélu dans Chicoutimi-Le Fjord. Il recueille 43% des appuis contre 27% au néo-démocrate Dany Morin. Le conservateur Carol Néron, en qui Stephen Harper fondait beaucoup d'espoir pour ravir la circonscription, arrive troisième avec 18%. Mais près du quart des électeurs se disent indécis ou discrets.

Ces sondages ont été réalisés du 25 au 27 avril. La marge d'erreur est de 2 points de pourcentage, 19 fois sur 20, dans les 6 circonscriptions de la région de Québec et de 2,8 points de pourcentage dans celles du Saguenay-Lac-Saint-Jean.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Les plus populaires sur Auto

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

image title
Fermer