La détérioration des écoles se poursuit

Le « déficit de maintien des actifs » est de... (Photo Martin Chamberland, Archives La Presse)

Agrandir

Le « déficit de maintien des actifs » est de 2,7 milliards pour les écoles primaires et secondaires.

Photo Martin Chamberland, Archives La Presse

(Québec) Les écoles du Québec sont encore plus vétustes qu'on ne le croyait. Un établissement sur deux est en mauvais, voire en très mauvais état.

« Globalement, l'état des infrastructures scolaires s'est considérablement détérioré cette année », peut-on lire dans le document budgétaire sur les infrastructures publiques déposé à l'Assemblée nationale mardi.

Il y a un an, Québec soutenait que 62 % des écoles primaires et 75 % des écoles secondaires étaient en bon état. Or ce n'était pas un portrait juste de la réalité.

Un nouveau processus d'inspection mis en place l'an dernier a permis de constater que le parc immobilier est beaucoup plus mal en point.

Ainsi, 55 % des écoles primaires sont dans un mauvais (36 %) ou très mauvais (19 %) état. Au secondaire, 47 % des établissements sont vétustes.

La facture estimée pour rénover le parc immobilier a gonflé de plus de 1 milliard de dollars en un an. 

Le « déficit de maintien des actifs » est en effet passé de 1,4 à 2,7 milliards pour les écoles primaires et secondaires. Et le compteur tourne toujours : Québec « anticipe une augmentation du [déficit] pour quelques années supplémentaires », en raison des nouvelles inspections et de « la capacité limitée de certaines commissions scolaires à augmenter le rythme de réalisation des travaux ».

De toutes les infrastructures publiques du Québec, ce sont les écoles qui sont dans le pire état.

Pour la Coalition avenir Québec, ces nouvelles données montrent que les libéraux ont « laissé les écoles se détériorer pendant 15 ans ». « En gros, nos écoles sont pires que l'an passé, mais moins pires que l'an prochain. Ça empire chaque année ! », a lancé le député caquiste Jean-François Roberge lors de la période des questions au Salon bleu, hier.

Le ministre de l'Éducation Sébastien Proulx reconnaît qu'« une école sur deux a besoin d'amour au Québec ». « La vérité, c'est qu'on en a pour des années à se débarrasser de nos écoles vétustes au Québec. On en a pour plusieurs années. Mais vous savez quoi ? On va y arriver », a-t-il soutenu.

Selon les documents budgétaires, des sommes destinées à rénover des écoles, plus de 1 milliard de dollars, ont été allouées aux commissions scolaires, mais « ne sont pas dépensées à ce jour ». Le processus d'allocation des enveloppes et des difficultés dans la planification des travaux seraient en cause.

« On ne peut pas inventer des entrepreneurs, et on ne peut pas faire des travaux au mois de novembre et au mois de février. C'est l'été qu'il faut les réaliser, et on va le faire », a affirmé Sébastien Proulx. Le nouveau budget Leitão ajoute 430 millions au cours des cinq prochaines années pour rénover les établissements scolaires.

Québec « demeure sûr de trouver les moyens d'atteindre » son objectif : que toutes les écoles soient dans un état satisfaisant d'ici 2030.

***

ÉCOLES PRIMAIRES

  • NOMBRE : 2248
  • ÂGE MOYEN : 58 ans
  • EN MAUVAIS OU TRÈS MAUVAIS ÉTAT : 55 %
  • DÉFICIT DE MAINTIEN DES ACTIFS : 1,8 milliard

ÉCOLES SECONDAIRES

  • NOMBRE : 452
  • ÂGE MOYEN : 52 ans
  • EN MAUVAIS OU TRÈS MAUVAIS ÉTAT : 47 %
  • DÉFICIT DE MAINTIEN DES ACTIFS : 930 millions




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer