Persévérance scolaire: 375 bourses d'études pour les 375 ans de Montréal

Gestionnaire au cégep de Saint-Laurent, Édouard Staco est... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Gestionnaire au cégep de Saint-Laurent, Édouard Staco est président du Fonds 1804. Il a été membre du Conseil supérieur de l'éducation du Québec de 2005 à 2014.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Cet après-midi, 375 élèves du secondaire seront honorés au Palais des congrès de Montréal. Ces jeunes ne sont pas tous des premiers de classe, mais ils sont persévérants et déterminés. Et ils recevront des bourses pour célébrer leurs réussites. Explications d'Édouard Staco, président du Fonds 1804.

FÊTES DU 375e ANNIVERSAIRE DE MONTRÉAL

Le Gala de la persévérance scolaire du Fonds 1804 existe depuis quatre ans. Il a récompensé 19 élèves en 2014. Puis 64 et 148 autres, les deux années suivantes. « L'édition spéciale 2017 compte 375 boursiers, dit Édouard Staco, directeur des ressources technologiques au cégep de Saint-Laurent. Pour les Fêtes du 375e [anniversaire] de Montréal, on voulait faire une place à l'éducation. »

EFFORT ET SUCCÈS

Certains boursiers ont d'excellents dossiers scolaires. Mais on récompense surtout l'effort et l'amélioration des résultats. « L'analyse des dossiers prend en compte la situation des jeunes », dit M. Staco. Certains font face à des difficultés de santé ou d'apprentissage. D'autres ont des problèmes familiaux ou socio-économiques. « Grâce à la persévérance, ils passent au travers », ajoute-t-il.

PLUS DE 100 000 $

Cette année, le total des bourses s'élève à plus de 100 000 $. On offre des sommes de 250 à 500 $ par élève. « Le soutien financier est intéressant, dit M. Staco. En plus, la bourse valorise les jeunes par rapport à eux-mêmes et à leur entourage. » Ils n'ont pas l'habitude de recevoir ces honneurs. « C'est important de se voir en champion, dit-il. Et de croire en ses moyens. »

CANDIDATURES

Pour présenter une candidature, il n'y a pas de critères ethniques ni de limitation géographique. « Notre promotion est à Montréal, mais si quelqu'un soumet un dossier québécois de n'importe quelle région, le comité va l'analyser », dit M. Staco. Cette année, la cohorte de boursiers vient de Montréal, de Laval, de la Rive-Sud et même de l'Outaouais.

CONTRIBUTEURS

Monsieur et madame Tout-le-monde contribuent au Fonds 1804. À la base, ce sont des dons personnels de 20 à 50 $. De petites entreprises, bien implantées dans leurs milieux, donnent 250 $ ou plus. À cela s'ajoutent trois grands donateurs. Il s'agit de l'entrepreneur Frantz Saintellemy et sa firme Réno-Métrix, de l'Industrielle Alliance et de la Fondation Blue Bridge pour l'enfance.

POURQUOI 1804 ?

« Les jeunes des communautés noires font souvent face à plus de difficulté en termes de réussite scolaire, dit Édouard Staco. On voulait traiter cette question-là sans stigmatiser. » Il fallait trouver du positif et des éléments de fierté. L'année 1804 marque l'indépendance d'Haïti et l'abolition de l'esclavage. « Pour avoir la liberté, les gens ont persévéré ensemble », dit-il.

RÉCOMPENSES 

Le YMCA est fiduciaire du Fonds 1804. Le comité de sélection des bourses compte cinq personnes : deux du Fonds, deux du YMCA et un membre externe. À 14 h 30, des jeunes de toutes les communautés culturelles seront récompensés. Les parents sont invités gratuitement au gala. « Leur appui est primordial pour les jeunes », rappelle M. Staco. Quelque 1300 personnes sont attendues.

>>> Consultez le site web du Fonds 1804




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer