La prison pour avoir triché à un examen?

Un étudiant et son tuteur risquent une amende maximale... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

Un étudiant et son tuteur risquent une amende maximale de 5000 $ ou un emprisonnement maximal de six mois, ou les deux, pour avoir triché lors d'un examen à l'Université Concordia.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Université Concordia a pris les grands moyens pour punir un étudiant tricheur et son complice : appeler la police.

John Karras se serait fait passer pour l'étudiant... (Photo tirée de LinkedIn) - image 1.0

Agrandir

John Karras se serait fait passer pour l'étudiant de Concordia Abdullaziz Emad Almuhaidib, carte d'étudiant à l'appui, à l'examen de ce dernier.

Photo tirée de LinkedIn

L'homme avait demandé à un autre de passer un examen à sa place. Les voilà tous les deux accusés au criminel. Ils pourraient même se retrouver derrière les barreaux.

Une porte-parole de l'université a refusé de dévoiler dans quel programme l'étudiant est inscrit ou de commenter le dossier de quelque manière que ce soit parce que l'affaire est maintenant devant la cour.

Selon des documents judiciaires consultés par La Presse, le 27 avril dernier, alors que la fin de la session universitaire arrivait à grands pas, l'étudiant aurait demandé à un tuteur de passer un examen à sa place.

FONDATEUR DE MONTREAL TUTORING

Le tuteur en question, John Karras, se présente sur l'internet comme le fondateur de Montreal Tutoring, une entreprise qui offre des cours privés ou de groupe aux étudiants de Concordia et de la John Molson School of Business, affiliée à l'université. M. Karras n'a pas rappelé La Presse.

Selon la police, il se serait fait passer pour l'étudiant Abdullaziz Emad Almuhaidib, carte d'étudiant à l'appui, à l'examen de ce dernier. Le duo s'est fait prendre.

Plutôt que de simplement sanctionner ou renvoyer son étudiant, comme le prévoit son règlement, Concordia a alerté la police. 

Pourquoi une telle mesure ? L'université ne veut pas commenter ce cas précis. « Cependant, nous sommes toujours vigilants en ce qui concerne les questions d'intégrité académique. Lorsque nous croyons qu'il y a eu des activités criminelles sur le campus et que nous croyons qu'il est dans l'intérêt de la communauté de le faire, nous communiquons avec les autorités locales qui interviennent au besoin », note la porte-parole Cléa Desjardins.

Karras et Almuhaidib ont été arrêtés et accusés, le premier de complot, de fraude à l'identité, d'avoir représenté faussement un autre à un examen et d'avoir utilisé un document contrefait, le deuxième de complot et d'avoir bénéficié du fait qu'un autre le représente faussement à un examen.

Ils risquent une amende maximale de 5000 $ ou un emprisonnement maximal de six mois, ou les deux.

CE QUE DIT LA LOI

Saviez-vous qu'au Canada, certaines formes de plagiat sont punissables en vertu du Code criminel ? Il est notamment illégal de représenter faussement un autre à un examen. C'est l'article 404. Il dit : « Est coupable d'une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire quiconque, faussement, avec l'intention d'acquérir un avantage pour lui-même ou pour une autre personne, se fait passer pour un candidat à un examen de concours ou d'aptitudes tenu en vertu de la loi ou relativement à une université, un collège ou une école, ou sciemment tire parti du résultat de cette supposition de personne. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer