Des travailleurs de CPE manifestent devant le ministère de la Famille

Selon le STCPEML, les compressions auront un impact... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Selon le STCPEML, les compressions auront un impact direct sur la qualité des services offerts aux enfants.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs des centres de la petite enfance de Montréal et Laval-CSN (STCPEML) manifeste samedi devant le ministère de la Famille contre les compressions dans les garderies.

Québec, qui avait effectué des compressions de 74 millions $ en 2014, imposera l'an prochain, des compressions supplémentaires de 46 millions à ses exigences, pour porter le total à 120 millions $.

Selon Nathalie Fontaine, présidente par intérim du STCPEML, ces compressions ont un impact direct sur la qualité des services offerts aux enfants.

Elle dit avoir constaté que la qualité des services spécialisés comme l'orthophonie s'est détériorée.

Selon elle, les conséquences des coupes budgétaires ont aussi des répercussions sur la qualité de la nourriture servie aux enfants, et le matériel éducatif.

En entrevue à La Presse canadienne, Nathalie Fontaine s'est indignée de la situation.

«Les parents payent plus cher, mais pour moins de services, alors cet argent-là n'est malheureusement pas réinvesti dans les CPE, alors il faudrait demander au gouvernement où il l'a réinvesti l'argent, moi, je ne le sais pas», a-t-elle avancé.

Le STCPEML représente environ 160 installations de CPE et quelque 3000 travailleuses et travailleurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer