CPE des employés de Radio-Canada: quand une éducatrice en garderie se suicide

Le CPE Studio 0-5 est locataire de la... (Photo Olivier Jean, La Presse)

Agrandir

Le CPE Studio 0-5 est locataire de la Maison de Radio-Canada

Photo Olivier Jean, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Leduc
La Presse

Une éducatrice de 60 ans qui s'est suicidée. Une autre qui est suspendue. Une directrice générale relevée temporairement de ses fonctions. Six membres du conseil d'administration qui démissionnent d'un coup. Depuis décembre, depuis ce jour où une éducatrice a dit avoir vu sa collègue secouer brutalement un enfant, le CPE Studio 0-5, situé dans les murs de Radio-Canada, est pris dans un engrenage.

« Cette histoire doit être racontée pour qu'elle puisse servir de leçon à tous les administrateurs de CPE au Québec. La façon dont la situation a été gérée chez nous, c'est l'exemple parfait de ce qu'il ne faut pas faire, du début à la fin », affirme une mère dont l'enfant fréquente le Studio 0-5.

Le tout remonte au 4 décembre. Ce jour-là, un vendredi, un enfant se blesse à une lèvre dans le groupe de Danielle Lozeau. L'éducatrice rédige un rapport d'accident, comme le veut la procédure. Le lundi suivant, comme l'indique une requête déposée à la Cour du Québec par son avocat, Mme Lozeau rentre au travail comme d'habitude. L'enfant est aussi présent. Même chose le mardi, puis le mercredi. Le mercredi, à 15 h 30, Mme Lozeau est convoquée au bureau de sa directrice, Nathalie Montgrain, qui lui remet un avis de congédiement. Escortée par un agent de sécurité, elle a quelques minutes pour partir.

Ce n'est que six jours après l'accident que la mère (qui a refusé de nous accorder une entrevue) sera informée par la directrice que son enfant semble avoir été brutalisé par une éducatrice et qu'il devrait être examiné par un médecin. À l'hôpital, aucune marque de violence n'a été décelée. Jusqu'à la fin, Mme Lozeau a nié avoir violenté l'enfant et a toujours affirmé qu'elle l'avait simplement pris par les épaules pour le calmer après l'incident.

Jointe par La Presse, Nathalie Montgrain, directrice du CPE, nous a dit la semaine dernière qu'elle ne pouvait pas nous accorder d'entrevue.

« Comment se fait-il que l'on ait oublié de s'occuper de l'enfant ? demande une mère qui a demandé l'anonymat. L'incident [du 4 décembre] a été assez grave pour entraîner le congédiement d'une éducatrice, mais pas assez grave pour qu'on en prévienne les parents ? Et l'éducatrice qui prétend avoir vu sa collègue secouer l'enfant sept fois, pourquoi a-t-elle fait un décompte au lieu de se précipiter pour intervenir ? »

«Le congédiement [de Danielle Lozeau] était-il nécessaire ? Aurait-il été possible d'attendre les suites de l'enquête ?»

Un père qui a demandé que son nom ne figure pas dans l'article

Tous les parents interviewés aux fins de cet article ont exigé de parler sous le couvert de l'anonymat. Certains ont dit avoir peur d'être poursuivis étant donné la judiciarisation de toute l'affaire. D'autres ont souligné que comme il s'agit d'un CPE en milieu de travail, ils sont appelés à travailler avec les membres du conseil d'administration avec qui il y a malaise.

PLAINTE À LA POLICE

Le 7 janvier, Danielle Lozeau dépose une plainte pour un congédiement sans cause juste et suffisante à la Commission des normes du travail. Le 16 mars, la Commission lui confirme qu'après étude du dossier, elle est en mesure de donner suite à sa plainte. Les écrits laissés par Mme Lozeau confirment qu'elle s'employait aussi à documenter le harcèlement psychologique dont elle estimait aussi être victime au travail. 

En début d'année, Mme Lozeau entreprend des démarches pour obtenir un nouvel emploi. Elle est embauchée sur appel et elle travaillera à quelques reprises au Centre de la petite enfance de l'Université de Montréal (qui a refusé de répondre à nos questions, alléguant la confidentialité des dossiers d'employés). 

Ce qu'ignore alors Mme Lozeau - et ce, jusqu'en mars -, c'est qu'elle est aussi sous le coup d'une enquête policière à la suite du dépôt d'une plainte à la police, le 15 décembre (une plainte qui, en suivant les procédures habituelles, a été déposée automatiquement après que l'enfant a été vu par un médecin à l'hôpital). 

Selon les proches de Mme Lozeau, ce serait par le personnel du bureau d'assurance-emploi qu'elle a appris qu'elle ne pouvait pas recevoir de prestations parce qu'elle faisait l'objet d'une enquête policière. Comme elle était propriétaire de son appartement, elle ne pouvait pas non plus toucher d'aide sociale. 

En mars, Mme Lozeau reçoit un appel des policiers lui confirmant qu'elle est convoquée au poste pour voies de fait. Une fois au poste, elle apprend que jusqu'à sa comparution à la Cour du Québec, elle n'a pas le droit de communiquer avec la victime présumée et avec la mère de l'enfant, qu'il lui est interdit de se rendre au Studio 0-5 et de se trouver en présence d'enfants mineurs.

«La condition, telle que libellée, empêche la requérante, qui est toujours présumée innocente, de subvenir à ses besoins en allant travailler.»

La requête présentée par l'avocat de Mme Lozeau, Me André Lapointe

« C'était un peu lourd d'être allé au criminel, relève Me Lapointe en entrevue avec La Presse. Pour quelqu'un de 60 ans qui n'avait jamais été en contact avec la justice, c'était gros, tout cela. [...] Quand la machine se met en marche, on ne se rend pas compte à quel point ça peut devenir gros. »

Le 15 mars, Mme Lozeau avisera sa patronne au CPE de l'Université de Montréal qu'elle démissionne de son poste d'éducatrice sur appel, la remerciant de son accueil à son entrée en service. 

Le 23 mars, sachant sa cliente très perturbée par tout ce qui lui arrive, Me Lapointe l'appelle pour la rassurer à la veille de l'audience au palais de justice, où serait contestée l'interdiction d'entrer en contact avec des mineurs. 

Le 24 mars, Me André Lapointe gagne la première manche : cette interdiction est levée. Mme Lozeau ne l'a jamais su. Elle ne s'est pas présentée au palais de justice et son avocat est allé de l'avant en son absence. Mme Lozeau s'était suicidée chez elle.

Le fil des événements

4 décembre : Une éducatrice dit avoir vu Danielle Lozeau secouer violemment un enfant en bas âge.

9 décembre : Danielle Lozeau est congédiée.

10 décembre : La mère est avisée de faire voir son enfant par un médecin.

Mi-mars 2016 : Danielle Lozeau apprend qu'elle est accusée de voies de fait.

24 mars 2016 : Suicide de Danielle Lozeau

25 avril : Six membres du conseil d'administration annoncent qu'ils ont relevé de ses fonctions pour une durée indéterminée la directrice générale Nathalie Montgrain. Ils choisissent pour leur part de démissionner.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer