Une garderie montréalaise sous la loupe de la SQ

La Sûreté du Québec enquête en vertu de... (PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

La Sûreté du Québec enquête en vertu de trois articles du Code criminel, soit fraude de plus de 5000 $, production d'un faux et emploi d'un document contrefait.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Leduc
La Presse

À la demande du ministère de la Famille, la Sûreté du Québec enquête actuellement sur une garderie montréalaise pour fraude et production de faux documents et signatures. Selon Québec, le propriétaire prétendait entre autres choses accueillir des enfants alors que les parents avaient déménagé ou que la garderie était fermée pour cause de fin de ramadan.

Au départ, Québec estimait que Djilali Redaouia, propriétaire de la garderie Le Soleil, située rue Kent, à Montréal, avait ainsi obtenu frauduleusement des subventions totalisant 58 893,95 $.

Le Ministère a ensuite révisé cette somme à la baisse. Québec a fini par réclamer 17 507,88 $ à M. Redaouia, montant que le gouvernement a commencé à récupérer à partir de mai 2014 par tranches de 250 $ amputés sur chacun de ses versements de subvention suivants.

Le gouvernement a aussi déposé une plainte formelle à la Sûreté du Québec pour obtention de subventions « sans droit du ministère de la Famille, de façon frauduleuse ».

Dans un document de la Sûreté du Québec, l'enquêteur Cédric Majeur dresse une liste de raisons lui faisant croire que M. Redaouia et sa femme imitaient la signature des parents.

Entre autres choses, il est précisé que Djilali Redaouia a laissé un message sur le répondeur d'un parent « pour lui offrir 1000 $ pour que ce dernier mentionne aux enquêteurs du ministère de la Famille que les signatures sur les fiches d'assiduité étaient bien celles de sa femme, alors que c'était faux ».

Toujours selon le document de la SQ, M. Redaouia et sa femme se seraient rendus au domicile de ces parents pour leur remettre en mains propres l'enveloppe contenant les 1000 $.

Un autre parent a aussi raconté que toutes les fiches d'assiduité de leur enfant et des ententes de services comportaient de fausses signatures.

Une ancienne assistante a pour sa part expliqué que M. Redaouia avait mis deux de ses belles-soeurs dans le coup, prétendant que sa garderie recevait leurs enfants alors qu'il n'en était rien.

Aux fins de son enquête, la Sûreté du Québec demande maintenant au tribunal le droit d'obtenir les relevés de comptes bancaires de la garderie Le Soleil du 1er avril 2007 au 31 mars 2011.

La Sûreté du Québec enquête en vertu de trois articles du Code criminel, soit fraude de plus de 5000 $, production d'un faux et emploi d'un document contrefait.

M. Djilali Redaouia n'a pas donné suite à nos appels.

À ce jour, indique le document de la SQ, il n'a pas contesté les conclusions de l'enquête du ministère de la Famille.

La garderie ne semble plus ouverte, mais le ministère de la Famille n'a pas pu nous le confirmer hier, pas plus qu'il n'a pu préciser combien d'argent il avait pu récupérer à ce jour.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer