Coupes: la population doit crier «haut et fort son dégoût», disent les CPE

Le président-directeur général de l'AQCPE, Louis Sénécal... (PHOTO Martin Chamberland, LA PRESSE)

Agrandir

Le président-directeur général de l'AQCPE, Louis Sénécal

PHOTO Martin Chamberland, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'équilibre budgétaire est atteint, les parents paieront beaucoup plus cher pour les services en CPE et les coupes additionnelles de 120 millions en 2016-2017 sont donc plus inacceptables que jamais, dénoncent les représentants du réseau, du Parti québécois et de Québec solidaire.

Le gouvernement n'avait pas le mandat de couper ainsi dans les CPE «et il faut que la population crie haut et fort son dégoût», a déclaré ce matin en conférence de presse Louis Senécal, président-directeur général de l'Association québécoise des CPE.

Des manifestations sont prévues dimanche dans 17 villes. À Montréal, elle se tiendra à la Place Émilie-Gamelin, à 10 heures.

En mettant à mal «l'avenir des enfants», le gouvernement «manque clairement de discernement», a renchéri Brian Naud, qui représente les CPE de Montréal et qui redoute la perte de 900 emplois dans la région si les coupes se concrétisent.

«Nous ne laisserons pas le gouvernement Couillard détruire 20 ans de construction des services éducatifs à la petite enfance», a dit Carole Poirier, députée péquiste.

Sa consoeur de Québec solidaire, Françoise David a ajouté «qu'on ne peut pas accepter l'inacceptable».

Pendant longtemps, les CPE avaient une marge de manoeuvre et ils permettaient aux parents défavorisés de garder la tête hors de l'eau, a dit Catherine Jauzion, une mère de trois enfants qui a raconté devoir beaucoup à son CPE.

Aujourd'hui, plus de place pour l'aide de première ligne, pour les petits coups de pouce en milieu défavorisé, pour l'aide d'urgence aux familles mal prises.

«Dire que les coupes n'ont pas d'impact sur les familles, c'est du délire», a-t-elle lancé.

Le ministre de la Famille, Sébastien Proulx, a rencontré l'Association québécoise des CPE jeudi. Il lui a proposé de s'asseoir à la table de négociation. «Une entente a été négociée avec une autre association (CQSGEE), mais l'AQCPE peut peut-être bonifier l'entente», a dit son attachée de presse, Anne-Catherine Couture. 

Elle a toutefois réitéré que le ministre compte faire des compressions de 120 millions dans les CPE et les garderies privées subventionnées pour 2016-2017. De son côté, le CQSGEE a reconnu hier que le montant des coupes n'a pas baissé avec son entente, contrairement à ce qu'il disait plus tôt cette semaine. L'AQCPE répondra à l'invitation du ministre à la table de négociation au cours des prochains jours. 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer