Grogne autour d'un projet de voyage au Brésil

L'annonce d'un voyage de deux cadres et de cinq syndiqués de la Commission... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Leduc
La Presse

L'annonce d'un voyage de deux cadres et de cinq syndiqués de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) au Brésil le 2 juin a causé de la grogne à l'interne, a appris La Presse. En matinée, la CSDM confirmait la tenue de ce voyage. En fin de journée, changement de cap: il n'y aura pas de Brésil.

Interrogée en matinée vendredi à propos de ce voyage, Christine Mitton, conseillère stratégique de la CSDM et bras droit de la présidente Catherine Harel-Bourdon, a fait savoir qu'étant donné le contexte budgétaire précaire, elle était évidemment allée aux nouvelles à ce sujet ces derniers jours, certaine que des questions viendraient à ce propos.

Confirmant la tenue de ce voyage de formation, Mme Mitton a insisté sur le fait qu'«il est financé à 100% par le ministère de l'Éducation», ce dont elle était «sûre à 150%».

Mme Mitton a ajouté qu'une résolution a d'ailleurs été votée cette semaine au conseil des commissaires, résolution qui invite le personnel de la CSDM à faire preuve de parcimonie dans l'utilisation du 1% de la masse salariale dévolu à la formation.

Cette résolution a été prise après qu'il a été dévoilé que 190 directeurs de la CSDM ont participé plus tôt ce mois-ci à un congrès à Saint-Sauveur, comprenant une soirée dansante et une conférence de Gregory Charles.

Julie White, attachée de presse du ministre François Blais, a expliqué que le ministère de l'Éducation a alloué en 2014 une somme de 99 000$ à un projet conjoint de l'Université de Montréal et de la CSDM. Ce projet, selon Mme White, vise à «accompagner les directions d'établissement du préscolaire et du primaire à mobiliser leur équipe-école en milieu pluriethnique, plurilingue et défavorisé».

Mme White précise qu'au moment de l'attribution de cette subvention, le Ministère a exigé qu'un maximum de 3000$ soit consacré à des colloques. «Nous allons nous assurer que les montants alloués à la recherche vont effectivement à la recherche», a dit Mme White.

Au téléphone, Maryse Potvin, coorganisatrice du séminaire et chercheuse au Centre d'études ethniques des universités montréalaises, a expliqué que le financement général du séminaire provenait d'un fonds de recherche. Pour tout ce qui a trait au financement du voyage pour la CSDM, elle nous a dit de contacter la CSDM.

Voyage annulé

En fin de journée, Alain Perron, responsable des communications à la Commission scolaire de Montréal, nous faisait parvenir un courriel nous disant que «même si notre partenariat avec les universités n'entraîne pas de déboursés pour la CSDM, dans l'état actuel du projet et dans le contexte de la CSDM, il ne nous apparaît pas approprié de consacrer des ressources à cette formation».

Est-ce à dire que la CSDM a annulé dans la journée le voyage qui se tient du 2 au 4 juin?

M. Perron a simplement dit qu'il n'y aurait pas de voyage.

Le séminaire, qui a pour thème «La diversité et l'éducation inclusive au Québec et au Brésil», se tient à l'Université de l'État de Santa Catarina, une île appartenant au Brésil.

Selon la formule retenue, des chercheurs du Québec se rendent au Brésil cette année, tandis que leurs homologues doivent leur rendre la politesse l'an prochain, au Québec.

Le gouvernement Couillard a la CSDM dans le collimateur depuis septembre dernier et il l'a même menacée de tutelle si elle n'améliorait pas sa gestion.

La CSDM a annoncé cette semaine une première vague de suppression qui touche 175 employés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer