Menaces de coupes tous azimuts à la CSDM

La CSDM a fait connaître hier aux parents... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

La CSDM a fait connaître hier aux parents les coupes auxquelles elle devra probablement procéder, conséquence des compressions qui lui sont imposées par Québec.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Leduc
La Presse

Réductions dans le transport scolaire, abolition d'enveloppes destinées à financer les bals de finissants et les fêtes de fin d'année, coupes dans les services alimentaires, suppression de plusieurs postes de conseillers pédagogiques, de directions adjointes, de techniciens en éducation spécialisée, etc. : dans une lettre envoyée électroniquement à tous les parents, hier, la Commission scolaire de Montréal a fait connaître les coupes auxquelles elle devra probablement procéder, écrit-elle.

Après avoir énuméré quantité de services qui risquent de ne plus être offerts ou d'être réduits à leur plus simple expression, la lettre précise en caractères gras que « cette liste n'est malheureusement pas exhaustive ».

La missive est signée par la présidente, Catherine Harel-Bourdon, et par l'ensemble de son conseil, soit les douze commissaires de son équipe qui ont été élus en novembre.

« Ces choix sont la conséquence d'un sous-financement de plusieurs de nos services et de compressions actuellement exigées dans le réseau de l'éducation : le gouvernement impose en effet au réseau scolaire public des coupes de l'ordre de 350 millions de dollars, est-il écrit. Au total, c'est près d'un milliard qui aura été coupé dans l'ensemble de notre réseau au cours des dernières années. »

Inquiétude dans le réseau

Qui a tort, qui a raison ? La semaine dernière, La Presse dévoilait le rapport de vérification sur la CSDM qu'avait commandé l'automne dernier l'ex-ministre Yves Bolduc. Les vérificateurs de Raymond Chabot Grant Thornton n'ont pas été tendres à l'endroit de la CSDM. « Pour une organisation de cette envergure, qui gère des sommes importantes de fonds publics, il est inhabituel de constater si peu d'outils de planification, de suivi et de contrôle administratif et financier », écrivaient notamment les auteurs du rapport.

Si François Blais, ministre de l'Éducation, n'y voyait pas pour autant la nécessité de mettre la CSDM en tutelle, il disait espérer, la semaine dernière, qu'elle apporte de sérieux correctifs.

Tout comme la CSDM, quantité d'autres commissions scolaires disent cependant qu'elles n'y arrivent plus et qu'il est désormais impossible de boucler leur budget sans réduire considérablement les services aux élèves. La semaine dernière, la Commission scolaire de Laval disait qu'elle projetait de couper pas moins de 500 postes.

Comme l'indique la lettre envoyée aux parents d'élèves de la CSDM, les commissions scolaires sont toujours en attente des règles budgétaires qui viendront préciser l'ampleur des coupes à faire pour répondre aux exigences du budget Leitao, au mois de mars.

«Ces choix sont la conséquence d'un sous-financement de plusieurs de nos services et de compressions actuellement exigées dans le réseau de l'éducation [...].»


Extrait de la lettre envoyée par la CSDM aux parents
Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer