Radicalisation: le SPVM s'installe au collège de Maisonneuve

Selon Brigitte Desjardins, porte-parole du collège de Maisonneuve,... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Selon Brigitte Desjardins, porte-parole du collège de Maisonneuve, le nombre de signalements de présumés cas de radicalisation a crû depuis un mois et demi, mais pas de façon marquée.

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Devant la multiplication de présumés cas de radicalisation au collège de Maisonneuve, une policière spécialisée vient de s'y installer afin de tenter d'endiguer la crise.

Son envoi fait suite à un appel à l'aide lancé par le cégep au nouveau Centre de prévention de la radicalisation du maire Denis Coderre. L'organisation n'a pas encore ses propres locaux ou ses propres employés, mais elle répond déjà aux demandes des établissements d'enseignement et des individus préoccupés par des situations à risque.

«À cause de la situation, on a contacté le Centre de prévention en appelant au secours. Et ils ont répondu à notre appel», s'est réjouie la porte-parole Brigitte Desjardins, au lendemain de la comparution de deux élèves du cégep soupçonnés de fomenter un acte illégal lié au terrorisme. «On est ravis. On avait besoin d'une ressource.»

La policière en question est aussi travailleuse sociale. Mme Desjardins a vanté sa vaste expérience dans les centres jeunesse et dans les milieux multiculturels.

Elle sera au collège de Maisonneuve trois jours par semaine.

Pas pour des enquêtes 

«Elle n'est pas là pour faire des enquêtes. Vraiment pas, a expliqué Ian Lafrenière, porte-parole du SPVM. Elle va être en civil, pour faire de la détection, de la formation aussi. Expliquer ce que sont les facteurs de risque.»

M. Lafrenière a confirmé que le cégep de Maisonneuve était le seul établissement à accueillir à moyen ou long terme entre ses murs une «ressource» vouée à la prévention de la radicalisation. Des visites périodiques ont déjà eu lieu ailleurs, mais pas de façon aussi stable.

Jocelyn Bélanger, professeur de psychologie de l'UQAM qui siège au comité d'implantation du nouveau centre, a indiqué qu'il était important que des agents antiradicalisation soient présents dans les milieux où les jeunes à risque se trouvent.

«C'est critique, a-t-il dit en entrevue téléphonique. Il faut détecter les gens qui sont à risque de radicalisation à travers l'aliénation sociale, l'isolement.» M. Bélanger a aussi souligné l'importance de s'appuyer sur les ressources déjà présentes dans les écoles - travailleurs sociaux et psychologues, notamment - afin de détecter les comportements et les discours à risque.

Cinq élèves disparus

Le collège de Maisonneuve a été fortement ébranlé à la fin du mois de février, lorsque les médias ont rapporté la disparition de cinq de ses élèves. La police a perdu leur trace après leur arrivée en Turquie, zone de passage utilisée par les recrues du groupe armé État islamique pour se rendre en Syrie.

Hier, l'établissement a confirmé que Mahdi el-Jamali et Sabrine Djaermane étaient des étudiants actifs du collège. Les deux individus sont détenus depuis le début de la semaine, car on craint de les voir commettre une infraction criminelle en lien avec le terrorisme. Ils pourraient faire face à des accusations criminelles, selon la Couronne fédérale.

La porte-parole Brigitte Desjardins a indiqué qu'entre ces deux évènements, le personnel du cégep avait pris conscience de l'importance de signaler les comportements préoccupants dont il est témoin.

«Les gens sont peut-être plus attentifs, a-t-elle évalué. Tantôt, quelqu'un est venu me voir pour me dire que quelque chose la tracassait. Fausse alerte ou pas, maintenant, on est au courant.»

Le nombre de signalements a crû, mais pas de façon marquée, selon Mme Desjardins. Elle a affirmé pouvoir les compter sur les doigts de ses deux mains depuis un mois et demi.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer