Collège Édouard-Montpetit: une assemblée générale tourne à l'affrontement

Le Collège Édouard-Montpetit.... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Le Collège Édouard-Montpetit.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alors que plane la menace d'un deuxième printemps érable, les tensions sont vives dans certaines associations étudiantes. La semaine dernière, une assemblée générale a fini en véritable affrontement au Collège Édouard-Montpetit, à Longueuil, ce qui a forcé l'intervention des agents de sécurité; un élève a même dû se rendre à l'infirmerie.

Des élèves du plus grand cégep francophone de la province tentaient de faire changer les règles entourant les votes de grève pour faire de leur association la première au Québec à les tenir de manière électronique.

L'assemblée a été si houleuse qu'elle a dû être levée avant que les quelque 400 jeunes présents puissent se prononcer sur la question, ce qui a provoqué la colère de plusieurs. La situation a vite dégénéré en séance de brasse-camarade.

Des élèves auraient d'abord tenté de s'en prendre physiquement au président d'assemblée, puis des élèves des deux camps s'en sont pris les uns aux autres. «Ils se sont poussés. Il y a des gens qui se sont envoyé promener, mais il n'y a pas eu de coups», a assuré le porte-parole de l'association étudiante, Jancarlo Lapa.

Un employé du cégep s'est alors interposé. Les agents de sécurité ont été appelés au cas où la situation aurait dégénéré. Un élève qui était sur la ligne de front a fait une crise de panique. Il a dû être transporté à l'infirmerie.

Changer les règles du vote

«Il y avait beaucoup de tension», a confié Maxime Berthiaume, qui est à l'origine de la proposition sur le mode de scrutin électronique en cas de grève.

C'est pour que le processus soit «plus démocratique» et que «tout le monde puisse voter» que le jeune homme a fait cette proposition après avoir déposé une pétition à ce sujet à la direction de son association étudiante.

«Actuellement, ceux qui travaillent ou qui ont un empêchement perdent leur droit de vote. Pendant la dernière grève, j'allais aux assemblées et je trouvais ça fou que 500 personnes décident pour tous les autres étudiants sur un sujet aussi important.»

Une idée qui séduit la direction de l'établissement. «Plus d'étudiants peuvent s'exprimer, mieux c'est», dit le directeur des communications Alain Legault, qui assure que l'établissement est prêt à accommoder les élèves en leur fournissant l'outil informatique s'ils choisissent d'aller de l'avant.

«Et le fait qu'il y ait eu 400 personnes présentes à l'assemblée montre qu'ils sont préoccupés par la question.»

Pour faire passer sa proposition, Maxime Berthiaume avait récolté beaucoup d'appuis. Ceux en faveur d'un changement aux règles étaient nombreux lors de l'assemblée. Certains vivaient leur première expérience de démocratie étudiante; d'autres y étaient parce qu'ils ne veulent surtout pas revivre une nouvelle grève.

Conflits et tensions

Selon M. Berthiaume, les opposants à son projet ont fait exprès pour ralentir le déroulement de la rencontre, en multipliant les procédures pour «écoeurer le monde» afin que les élèves n'aient pas le temps de se prononcer.

Selon Jancarlo Lapa, c'est plutôt un manque d'expérience du président d'assemblée, combiné à la présence de nombreux néophytes, qui a ralenti les choses.

Quoi qu'il en soit, lorsque ceux qui étaient venus dans le seul but de faire changer le mode de votation se sont rendu compte qu'ils n'auraient ironiquement pas le temps de voter, la colère a éclaté.

«Ce qui s'est passé, on n'en veut plus», tranche M. Lapa. L'association étudiante a publié sur sa page Facebook une longue lettre d'excuses, condamnant du même coup les actes de violence. Elle offrira des ateliers de formation pour expliquer les règles de l'assemblée générale. «Parce que c'est fâchant d'assister et de ne pas savoir comment ça marche.»

Un comité a aussi été mis sur pied pour étudier la proposition de Maxime Berthiaume. Si jamais elle est acceptée, le cégep deviendrait vraisemblablement le premier à fonctionner avec un mode de scrutin électronique plutôt qu'à main levée. «C'est dur de faire bouger les choses. On a l'impression qu'ils ne veulent pas de changement.»

D'ailleurs, les tensions restent vives. Une manifestation est organisée ce matin devant les locaux de l'association étudiante pour«défendre le droit à la démocratie».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer