Québec veut augmenter la tâche des enseignants: la colère gronde

La tâche des enseignants serait augmentée de 10%,... (PHOTO JEAN-MARIE VILLENEUVE, ARCHIVES LE SOLEIL)

Agrandir

La tâche des enseignants serait augmentée de 10%, passant de 32 à 35 heures par semaine, sans augmentation de salaire.

PHOTO JEAN-MARIE VILLENEUVE, ARCHIVES LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Horreur», «recul», «coupures sur le dos des élèves», «coup de balai dans les acquis»: les syndicats d'enseignants ont multiplié les épithètes pour condamner la volonté de Québec d'augmenter le nombre d'élèves par classe et, plus globalement, leur tâche. Le ministre Yves Bolduc, lui, n'a pas voulu souffler un mot sur son offre.

Il a plutôt délégué l'un de ses négociateurs, Bernard Tremblay, pour la commenter. Ce dernier a expliqué à La Presse que la réduction de la taille des classes, coûteuse, n'avait pas permis d'améliorer la réussite des élèves. Québec compte également hausser de 10% le temps de travail d'un enseignant à l'école, qui passerait de 32 à 35 heures par semaine, sans augmenter son salaire annuel.

Comme La Presse le révélait en fin de semaine, Québec a présenté des offres sectorielles à la table de négociation qui prévoit entre autres l'augmentation du ratio élèves-maître de la troisième à la sixième année du primaire, mais aussi au secondaire.

«Je vais tenter de contrôler mes émotions. On pourrait penser au premier regard qu'il s'agit d'une grosse plaisanterie, mais on n'a pas le goût de rire avec tout ce qui se passe. [...] C'est une horreur», a affirmé Josée Scalabrini, présidente de la Fédération des syndicats de l'enseignement (FSE-CSQ).

Le maximum... et plus

Québec propose d'éliminer la notion de «ratio moyen» d'élèves par classe. Le maximum prévu dans les règles deviendrait donc la norme. Et ce maximum serait revu à la hausse, mais le gouvernement n'a rien chiffré jusqu'ici.

Il veut également ajouter des clauses que pourraient utiliser les commissions scolaires pour former des groupes qui dépassent le maximum permis.

La FSE-CSQ estime que le nombre d'élèves par classe augmenterait de deux à cinq, selon le niveau. Une source gouvernementale donnait à peu près la même évaluation à La Presse la semaine dernière. Elle ajoutait que la mesure pourrait entraîner des économies de 200 millions de dollars, ce qui n'a pas été confirmé à la table de négociation.

Le nombre maximum d'élèves par classe varie à l'heure actuelle: de la 3e à à la 6e année: 26 (20 dans les milieux défavorisés); à la 1re secondaire: 28; à la 2e secondaire: 29; et de la 3e à la 5e secondaire: 32.

Pour certains niveaux, particulièrement dans les milieux défavorisés, le gouvernement Charest avait revu à la baisse le maximum en 2010. Selon le rapport Champoux-Lesage sur le financement des commissions scolaires, la mesure a coûté 179 millions de dollars entre 2009-2010 et 2013-2014, en raison de l'embauche d'enseignants. Et c'est sans compter qu'elle «est venue créer une pression additionnelle sur les besoins d'espace».

«Si la mesure n'a pas donné les résultats escomptés» sur la réussite des élèves, «est-ce qu'on peut la remettre en question?», a demandé Bernard Tremblay. La CSQ conteste l'idée voulant que la mesure ait été un échec.

Élève handicapé ou en difficulté

Québec va plus loin dans son offre et souhaite qu'un élève handicapé ou en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage (EHDAA) soit considéré comme un élève régulier dans la composition des classes. Il abolirait la «pondération» permettant de reconnaître qu'un EHDAA augmente la tâche de l'enseignant.

Autre proposition: Québec veut que les écoles puissent former des classes regroupant des enfants de la maternelle et des élèves de première année. «Ce serait surtout pour les petites écoles en région», a expliqué Bernard Tremblay.

Le gouvernement Couillard compte également abolir le plancher d'emploi en formation professionnelle et à l'éducation aux adultes.

En augmentant à 35 heures la semaine de travail d'un enseignant sans changer le salaire annuel, le gouvernement décrète une baisse de la rémunération, ont dénoncé les syndicats.

«Beaucoup de choses nous sont demandées. Pour résumer, c'est comme si le gouvernement, les commissions scolaires, les établissements d'enseignement avaient décidé de vider un bidon d'essence sur le contrat de travail et d'y mettre le feu», a lancé le président de la Fédération autonome de l'enseignement (FAE), Sylvain Mallette.

La FSE et la FAE promettent de se battre, mais elles n'ont pas voulu détailler les moyens de pression à venir. «Il y a un branle-bas de combat. Si le gouvernement pensait nous mettre à terre... On est en colère», a tonné M. Mallette.

Yves Bolduc a décliné les demandes d'entrevue.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer