Exclusif

Faire passer les élèves à tout prix?

Au ministère de l'Éducation, on indique que la... (Photo Alain Roberge, La Presse)

Agrandir

Au ministère de l'Éducation, on indique que la valeur du diplôme d'études secondaires général est garantie par les examens du Ministère en 4e et en 5e secondaire, qui comptent pour 50% de la note de l'élève.

Photo Alain Roberge, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Leduc
La Presse

Il y a une limite à abaisser les exigences et à tout faire pour réduire le nombre d'élèves qui redoubleront, dénonce la Fédération des syndicats des enseignants (FSE), à la lumière de ce qu'elle considère comme une dérive à la commission scolaire des Affluents.

La semaine dernière, Stéphane Lévesque, enseignant de français de cette commission scolaire (qui couvre essentiellement Terrebonne, Mascouche et Repentigny), a dénoncé dans la page Débats de La Presse le fait que les gestionnaires de sa commission scolaire ont abaissé le niveau de performance minimal pour passer de la 2e à la 3e secondaire. Dorénavant, «si un jeune a coulé tous ses cours en 1re et la moitié de ses cours en 2e, on l'enverra en 3e», écrivait-il à propos des 18 unités désormais requises (au lieu de 26) sur 36 pour passer en 3e secondaire.

Fait à noter, comme les écoles fonctionnent par cycles, les élèves ne redoublent généralement pas leur première année du secondaire. Et, de fait, les règles de passage d'un cycle à l'autre sont l'apanage de chaque commission scolaire, qui détermine elle-même ce seuil.

La lettre de M. Lévesque a beaucoup fait jaser, ce qui a obligé sa commission scolaire à publier un communiqué dans lequel elle assure que son diplôme d'études secondaires conserve toute sa valeur.

Cible à atteindre

La FSE, quant à elle, voit dans cette diminution des exigences une conséquence de ce qu'elle redoutait déjà il y a trois ans, quand le ministère de l'Éducation s'est mis à fixer pour chaque commission scolaire une cible à atteindre en vue d'un taux d'obtention de diplôme national de 80% en 2020.

«Il y a une pression énorme de l'administration pour faire passer les élèves à tout prix. Tu dois absolument t'assurer que tes élèves décrochent un diplôme», dénonce Sylvie Théberge, première vice-présidente à la FSE.

Selon Mme Théberge, ce qui se produit à la commission scolaire des Affluents illustre bien cette obsession de bien paraître dans les statistiques officielles. «Tout l'accent est mis sur la performance des écoles», dit-elle, ajoutant que dans les faits, l'élève en difficulté, lui, n'aura pas plus d'aide individualisée pour l'aider à comprendre ses mathématiques ou son français.

Limiter le décrochage

Dans un document de la commission scolaire des Affluents daté d'octobre 2013 et intitulé Règles de passage, on peut lire: «Une des cibles des conventions de partenariat des commissions scolaires est d'augmenter le taux de diplomation des élèves. C'est dans cet esprit que la commission scolaire des Affluents a repensé les règles de passage du 1er cycle vers le 2e cycle.»

En entrevue, Isabelle Lemire, directrice adjointe à la commission scolaire des Affluents, assure que les nouvelles règles de passage ne visent aucunement à «faire gonfler» les chiffres ou «à avoir des diplômes de plus», mais bien à limiter le décrochage - et, peut-être, «à garder un élève un an de plus sur les bancs d'école».

Au coeur des changements dans les règles de passage à la commission scolaire des Affluents se trouve aussi l'accent plus important mis désormais sur l'analyse du dossier de chaque élève. «Il y a des réalités humaines à prendre en considération», précise Mme Lemire, évoquant par exemple que la note de 57% d'un élève qui a fait une chimiothérapie pendant l'année ne reflète peut-être pas sa performance habituelle.

Entre l'élève qui aura décroché 61% et celui qui aura eu 57%, la réalité est la même, note Mme Lemire. L'élève éprouve des difficultés. «Je ne veux plus qu'on se colle aux chiffres [aux notes], mais plutôt sur les besoins des élèves.»

Évaluation des apprentissages

Mais dans cette priorisation des besoins de l'élève, y a-t-il encore de la place pour des évaluations objectives des apprentissages?

Mme Lemire assure que oui, et que les exigences réduites ne feront pas baisser massivement les taux de redoublement et que sa commission scolaire ne ressent «aucune pression» pour avoir des statistiques comparables à celles des commissions scolaires voisines.

Cependant, en discutant, elle expliquera qu'effectivement, un jeune qui aura franchi le cap de la deuxième année du secondaire aura accès à des diplômes de métiers semi-spécialisés, puis à un diplôme d'études professionnelles s'il atteint la 4e secondaire.

Au ministère de l'Éducation, on indique par ailleurs que la valeur du diplôme d'études secondaires général est garantie par les examens du Ministère en 4e et en 5e secondaire, qui comptent pour 50% de la note de l'élève.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer