Charte des valeurs: les CPE divisés

Le projet de charte des valeurs québécoises divise le réseau des centres de la... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le projet de charte des valeurs québécoises divise le réseau des centres de la petite enfance (CPE). Il rencontre une forte opposition à Montréal, alors qu'il serait mieux accueilli en région.

Des débats internes secouent le plus important regroupement national des CPE, l'Association québécoise des CPE (AQCPE). « On a sondé nos membres, et les positions sont très différentes d'une région à l'autre, ça c'est clair », a affirmé la directrice des communications, Viriya Thach, hier. « On doit dégager un consensus, et ce n'est pas facile comme travail. » Résultat : l'AQCPE n'a toujours pas de position officielle sur le projet de charte.

Le Regroupement des CPE de l'île de Montréal (RCPEIM) a toutefois déjà fait savoir son opposition à l'idée d'interdire le port de signes religieux ostentatoires dans les CPE. « Le fait qu'une éducatrice porte le voile ne dérange absolument pas la qualité du travail », estime Martine Rocher, directrice générale du CPE Mon Univers. Elle a à son emploi une éducatrice qui porte le hijab et en a eu d'autres dans le passé. « Ça n'a jamais causé de problème » ni mené à des plaintes de parents, a-t-elle souligné. « Le CPE, c'est une porte d'entrée sur le marché du travail » pour plusieurs femmes immigrantes, dont des musulmanes. Et le projet de charte « risque de les exclure », a-t-elle ajouté.

Elle s'explique mal que les CPE, qui ont un conseil administration et qui sont considérées comme des « corporations autonomes » par le gouvernement, ne peuvent utiliser le droit de retrait prévu à la charte comme les universités ou les cégeps.

L'Association des garderies privées du Québec (AGPQ) déplore également ce « deux poids deux mesures ». « Ça soulève des inquiétudes chez nos membres. Le gouvernement est en train de diviser les Québécois », a lancé son président, Sylvain Lévesque. Il n'a jamais entendu parler de plaintes au sujet du port de signes religieux.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer