Les bureaux de Léo Bureau-Blouin et de Pierre Duchesne vandalisés

Partager

En ce jour d'ouverture du Sommet sur l'enseignement supérieur, les bureaux de circonscription d'au moins trois députés péquistes, dont ceux du ministre de l'Éducation supérieure, Pierre Duchesne, et de l'ex-leader étudiant Léo Bureau-Blouin, ont été vandalisés.

En matinée, des employés ont trouvé la porte... (Photo tirée d'une vidéo, Patrick Sanfaçon La Presse) - image 1.0

Agrandir

En matinée, des employés ont trouvé la porte d'entrée du bureau de circonscription du député de Borduas, Pierre Duchesne, peinte en rouge.

Photo tirée d'une vidéo, Patrick Sanfaçon La Presse

En matinée, des employés ont trouvé la porte d'entrée du bureau de circonscription du député de Borduas, Pierre Duchesne, peinte en rouge.

Le ministre responsable du sommet s'est attiré les foudres d'une frange du mouvement étudiant en rejetant la possibilité d'instaurer la gratuité scolaire avant même la tenue de la rencontre. Ils y voient une trahison de la part du ministre, qui les avait appuyés lors des manifestations étudiantes du printemps dernier.

Scénario similaire à Laval, dans la circonscription de Laval-des-Rapides, détenue par Léo Bureau-Blouin.

Leader de la Fédération étudiante collégiale du Québec lors de la grève du printemps dernier, le jeune député a ardemment milité en faveur de ce sommet. Mais certains militants n'ont jamais digéré ses positions, qu'ils jugeaient trop conciliantes.

Ce matin, son bureau de circonscription, dans l'immeuble Place Prestige, à Laval-des-Rapides a été la cible de vandales qui en ont «décoré» la façade. Les auteurs du méfait ont empli de peinture rouge un extincteur d'incendie. Ils ont d'abord aspergé la caméra de surveillance de l'immeuble avant de d'enduire les portes vitrées et le mur de peinture écarlate.

L'an dernier, cette façade avait subi le même sort alors que bureau était occupé par le député libéral Alain Paquet, lui-même impliqué dans les négociations avec les étudiants.

«Ça avait coûté environ 3500$ de nettoyage, mais il y avait moins de dégâts qu'aujourd'hui», a indiqué l'administrateur de la Place Prestige. 

Les vitrines du bureau de circonscription du député... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Les vitrines du bureau de circonscription du député péquiste Jean-François Lisée ont été fracassées par des vandales la nuit dernière.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Un autre ténor du gouvernement Marois a été la cible de vandales, à Montréal cette fois. Les sept vitres du bureau du ministre et député de Rosemont Jean-François Lisée, sur le boulevard Rosemont près du boulevard Saint-Michel, ont été fracassées. Le slogan «enlisée dans l'austérité» a été peint sur la brique.

La façade du 600 Fullum, immeuble qui abrite... (Photo: Félix-Olivier Jacques Fournier) - image 3.0

Agrandir

La façade du 600 Fullum, immeuble qui abrite des bureaux du ministère de l'Éducation, a été aspergée de peinture.

Photo: Félix-Olivier Jacques Fournier

Le 600 Fullum aspergé de peinture

Comme ce fut le cas à plusieurs reprises au printemps 2012, la façade de l'immeuble du 600, rue Fullum, à Montréal, qui abrite des bureaux du ministère de l'Éducation ainsi que ceux de l'UPAC et d'autres organismes gouvernementaux, a été aspergée de peinture rouge. Les auteurs de ce méfait ont procédé exactement de la même façon qu'à Laval, à l'aide d'un extincteur trafiqué.

Les services de police de Laval et Montréal, la Régie intermunicipale Richelieu-Saint-Laurent ainsi que la Sûreté du Québec enquêtent, mais aucun suspect n'a été arrêté et aucun groupe en particulier n'est considéré comme l'auteur possible de ces méfaits.

Lisée dénonce les vandales

En début d'après-midi, le volubile ministre des Relations internationales, de la Francophonie et du Commerce extérieur, Jean-François Lisée, a réagi sur son blogue à ces actes de vandalisme dans un billet intitulé «Le courage des vandales».

«Il y a plusieurs façons d'exprimer son point de vue, en démocratie. Des prises de parole, des manifs, des pétitions, des candidatures. On peut même, si on croit vraiment à une cause, se placer en situation de désobéissance civile et accepter de risquer une arrestation pour faire entendre sa voix. Dans toutes ces méthodes, il y a un dénominateur commun: avoir le courage de se présenter, à visage découvert, pour prendre sa place dans le débat. On persiste et on signe», écrit-il.

Il qualifie de lâches et de dérisoires les gestes commis contre ses confrères et lui : «Lâche, car les auteurs n'ont pas eu le cran d'assumer leur acte, leur position, leur conviction, si tant est qu'ils en aient. Dérisoire, car s'il s'agit de soutenir le mouvement étudiant, cela lui nuit, évidemment.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer