L'abandon de la pédagogie Waldorf suscite la grogne à Chambly

« Les enfants fonctionnent très bien dans cette... (Photo Olivier Jean, La Presse)

Agrandir

« Les enfants fonctionnent très bien dans cette école et dans cette approche pédagogique », affirme Karine Lamoureux, porte-parole de la corporation des parents de l'école de la Roselière et mère de trois enfants.

Photo Olivier Jean, La Presse

Partager

Les parents et les enseignants des élèves de l'école de la Roselière, école primaire publique inspirée de la pédagogie Waldorf, critiquent la décision de la commission scolaire de ne pas renouveler le permis d'établissement à vocation particulière. Mardi soir, une des commissaires leur a donné raison: après 12 années en poste, elle a démissionné, car elle juge que le processus qui a mené à cette décision a manqué de transparence et de rigueur.

Lucie Legault ne s'en cache pas. Elle faisait partie des membres fondateurs de l'école de la Roselière à Chambly, il y a 16 ans. Pour éviter toute apparence de conflit d'intérêts, elle n'a pas participé au vote décisionnel. Elle est tout de même persuadée que ses collègues ont dû se prononcer sans avoir toutes les informations nécessaires.

L'automne dernier, la commission scolaire des Patriotes a mandaté une consultante pour mener une enquête afin de déterminer si l'enseignement offert à l'école de la Roselière était conforme au programme du ministère de l'Éducation. Son rapport de 93 pages a été présenté aux commissaires le 22 janvier dernier. Ceux-ci ont dû se prononcer le même soir sur le renouvellement, auprès du ministère, du permis d'établissement à vocation particulière.

«Ce n'est pas dans nos pratiques habituelles, dans des dossiers de cette importance, d'ajouter un point de décision à l'ordre du jour le soir même de la décision. C'est un dossier majeur. Il y a des implications dommageables sur des familles et sur des enfants qui sont en cours de scolarisation», affirme Mme Legault.

Résultats scolaires ignorés

La commissaire démissionnaire se demande pourquoi les résultats scolaires des enfants n'ont pas été pris en compte dans l'enquête. Elle déplore également que les enseignants de l'école n'aient pas eu l'occasion de consulter le rapport, ni de s'adresser aux commissaires avant qu'ils se prononcent.

«Ça ne doit pas être une démarche unilatérale. Il faut que les gens visés aient l'occasion de donner leur point de vue. Le décideur devrait avoir accès aux deux côtés de la médaille», estime-t-elle.

Hélène Roberge, présidente de la commission scolaire des Patriotes, rappelle que 16 commissaires sur 17 ont voté contre le renouvellement du permis. «Les commissaires ont eu une présentation, ils avaient le rapport entre les mains et ils ont eu tout le loisir de le consulter. La consultante était aussi présente pour répondre à toutes les questions. Le conseil aurait pu reporter la décision au 29 janvier, mais il a décidé de se prononcer le soir même, car il considérait qu'il disposait de toute l'information nécessaire pour prendre une décision», explique-t-elle.

Parents consternés

La pédagogie Waldorf disparaîtra dès la prochaine année scolaire. L'école de la Roselière pourrait même fermer pour de bon en 2014. Cette perspective consterne les parents et enfants de cette petite école. «Les enfants fonctionnent très bien dans cette école et dans cette approche pédagogique. Ils ont suivi cette approche depuis le début et ils sont aujourd'hui laissés pour compte. Ils auront de la difficulté à vivre la transition», dit Karine Lamoureux, porte-parole de la corporation des parents de l'école.

Cette mère de trois enfants aurait voulu que les enseignants puissent s'adresser aux commissaires pour leur montrer qu'ils étaient prêts à s'adapter au programme du Ministère. Aujourd'hui, elle espère simplement que les commissaires montreront un peu d'ouverture dans l'espoir que l'école puisse demeurer ouverte.

_______________________________________________

La pédagogie Waldorf

«L'enfant est amené à vivre d'abord activement les choses et à les ressentir avant de les comprendre. L'enseignement est porté par des images vivantes. On cherche moins à transmettre un savoir qu'à éveiller chez l'enfant toute la palette de ses facultés, de façon adaptée à son âge, en respectant les rythmes de son développement. Chaque matière a, en effet, une action spécifique: par l'histoire, l'enfant se lie à la réalité du temps, par la géographie, à celle de l'espace, la botanique l'aide à développer une pensée vivante, les activités manuelles et artistiques (menuiserie, jardinage, chant, théâtre...), à exprimer ce qu'il vit intérieurement et à le relier objectivement à son entourage.»

Source: Association pour la pédagogie Waldorf au Québec

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer