Grève étudiante: une frange se radicalise

  • Une dame montre son mécontentement envers les manifestants. (Ivanoh Demers, La Presse)

    Plein écran

    Une dame montre son mécontentement envers les manifestants.

    Ivanoh Demers, La Presse

  • 1 / 13
  • Les manifestants bloquent l'accès à la Banque Nationale au 600 de la Gauchetière. (Ivanoh Demers, La Presse)

    Plein écran

    Les manifestants bloquent l'accès à la Banque Nationale au 600 de la Gauchetière.

    Ivanoh Demers, La Presse

  • 2 / 13
  • Les manifestants bloquent l'accès à la Banque Nationale au 600 de la Gauchetière. (Ivanoh Demers, La Presse)

    Plein écran

    Les manifestants bloquent l'accès à la Banque Nationale au 600 de la Gauchetière.

    Ivanoh Demers, La Presse

  • 3 / 13
  • Travailleurs mécontents du blocus des étudiants. (Ivanoh Demers, La Presse)

    Plein écran

    Travailleurs mécontents du blocus des étudiants.

    Ivanoh Demers, La Presse

  • 4 / 13
  • Vers 8h45, les policiers du poste de quartier et le groupe d'intervention sont intervenus pour dégager les entrées de l'édifice. (Ivanoh Demers, La Presse)

    Plein écran

    Vers 8h45, les policiers du poste de quartier et le groupe d'intervention sont intervenus pour dégager les entrées de l'édifice.

    Ivanoh Demers, La Presse

  • 5 / 13
  • Vers 8h45, les policiers du poste de quartier et le groupe d'intervention sont intervenus pour dégager les entrées de l'édifice. (Ivanoh Demers, La Presse)

    Plein écran

    Vers 8h45, les policiers du poste de quartier et le groupe d'intervention sont intervenus pour dégager les entrées de l'édifice.

    Ivanoh Demers, La Presse

  • 6 / 13
  • Vers 8h45, les policiers du poste de quartier et le groupe d'intervention sont intervenus pour dégager les entrées de l'édifice. (Ivanoh Demers, La Presse)

    Plein écran

    Vers 8h45, les policiers du poste de quartier et le groupe d'intervention sont intervenus pour dégager les entrées de l'édifice.

    Ivanoh Demers, La Presse

  • 7 / 13
  • Vers 8h45, les policiers du poste de quartier et le groupe d'intervention sont intervenus pour dégager les entrées de l'édifice. (Ivanoh Demers, La Presse)

    Plein écran

    Vers 8h45, les policiers du poste de quartier et le groupe d'intervention sont intervenus pour dégager les entrées de l'édifice.

    Ivanoh Demers, La Presse

  • 8 / 13
  • Les manifestants ont réussi à bloquer temporairement une succursale de Desjardins. (André Pichette, La Presse)

    Plein écran

    Les manifestants ont réussi à bloquer temporairement une succursale de Desjardins.

    André Pichette, La Presse

  • 9 / 13
  • Un groupe est entré dans le Complexe Desjardins, au centre-ville, où les commerçants se sont précipités pour fermer boutique. (Ivanoh Demers, La Presse)

    Plein écran

    Un groupe est entré dans le Complexe Desjardins, au centre-ville, où les commerçants se sont précipités pour fermer boutique.

    Ivanoh Demers, La Presse

  • 10 / 13
  • Les manifestants n'étaient pas bienvenus à la Banque CIBC. (André Pichette, La Presse)

    Plein écran

    Les manifestants n'étaient pas bienvenus à la Banque CIBC.

    André Pichette, La Presse

  • 11 / 13
  • Les manifestants n'étaient pas bienvenus à la Banque CIBC. (André Pichette, La Presse)

    Plein écran

    Les manifestants n'étaient pas bienvenus à la Banque CIBC.

    André Pichette, La Presse

  • 12 / 13
  • Des appuis de la relève... (André Pichette, La Presse)

    Plein écran

    Des appuis de la relève...

    André Pichette, La Presse

  • 13 / 13
 

Vincent Larouche, Philippe Teisceira-Lessard et David Santerre
La Presse

Si la ministre de l'Éducation a semblé durcir le ton mercredi, plusieurs étudiants font de même. Une série d'actions de «perturbation» a eu lieu à Montréal, des occupations d'immeubles sont annoncées et une association de l'UQAM votera bientôt sur l'idée de prolonger la grève jusqu'au 4 septembre.

«On manifeste pacifiquement, on fait des actions de perturbation, mais toujours rien. Mettons la barre un peu plus haut! Occupons! Montrons ainsi que le mouvement ne s'épuise pas et que nous sommes même plus forts et plus unis qu'avant!», écrit sur Facebook un groupe qui se fait appeler «l'Ordre du carré rouge».

Le groupe, qui a récemment organisé le blocage du Port de Montréal, estime que les représentants étudiants officiels sont trop modérés. Il annonce au moins une occupation dans les jours à venir. Mercredi, il a réussi à mobiliser quelques centaines de protestataires grâce aux médias sociaux.

Ils ont tenté de prendre d'assaut la Grande Bibliothèque, dont les portes étaient toutefois verrouillées. Ils ont ensuite tenté d'envahir différents lieux du centre-ville, dont le Complexe Desjardins, le Centre de commerce mondial, la Tour TELUS, le campus de l'Université McGill et le magasin La Baie. Les policiers se sont chaque fois précipités avant leur arrivée pour dire aux commerçants de fermer leurs portes.

Gaz et matraques

Plus tôt, à l'heure de pointe, des manifestants avaient bloqué les entrées des tours Bell et de la Banque Nationale. De nombreux employés désireux d'entrer au travail se sont mêlés à la foule étudiante, ce qui a donné lieu à quelques altercations. «C'est ridicule, ça sert à quoi? Moi, je ne peux rien faire. J'ai aussi des dettes, des factures à payer», a lancé David Nayer, employé de Raymond Chabot Grant Thornton.

Il a fallu plus d'une tentative aux policiers pour dégager les accès aux bureaux, à coups de matraque et à grand renfort de gaz irritant. Un manifestant a été évacué par Urgences-santé après s'être blessé à une jambe lors de la dispersion de la rue University. Une personne a été arrêtée pour voies de fait sur un policier.

Un «Marathon de manifestations» plus paisibles, constitué de 12 marches successives dans les rues de la métropole, a aussi eu lieu. Un autre groupe a bloqué brièvement le pont Viau entre Laval et Montréal avant de s'élancer dans les rues du nord de la ville. En fin d'après-midi, des manifestants ont déterminé leur trajet en faisant tourner une roulette à chaque intersection pour décider au hasard de leur direction. Au moment de mettre sous presse, aucun méfait n'avait été signalé au cours de cette journée agitée.

Grève jusqu'en septembre?

Dans les campus, certains étudiants sont rentrés en classe, mais d'autres maintiennent la ligne dure. Des associations qui regroupent 85 000 jeunes ont cessé de renouveler leur mandat de grève chaque semaine et résolu de boycotter les cours jusqu'à ce que le gouvernement cède sur certains enjeux.

Les quelque 5000 membres de l'Association facultaire des étudiants en sciences humaines de l'UQAM voteront même lundi sur la proposition de prolonger la grève jusqu'au 4 septembre ou jusqu'à un recul du gouvernement. Tous les membres de l'association ont reçu la proposition en prévision de l'assemblée. L'idée n'émane toutefois pas du bureau de l'association.

Pendant ce temps, à Longueuil, des élèves du collège Édouard-Montpetit continuent de se relayer pour jeûner dans le cadre de ce qu'ils appellent une «grève de la faim à relais».

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer