Procès Magnotta: pas d'effet sur la psychose, selon le Dr Watts

Luka Rocco Magnotta, en 2012... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Luka Rocco Magnotta, en 2012

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Procès Magnotta

Actualité

Procès Magnotta

Luka Rocco Magnotta, âgé 29 ans, a été l'objet d'une chasse à l'homme sans précédent dans l'histoire du SPVM. Il fait face à cinq chefs d'accusation graves, notamment de meurtre prémédité, relativement à l'assassinat et le démembrement de Jun Lin, un étudiant chinois. »

Sur le même thème

L'effet combiné du Temazepam, du Benadryl et de l'alcool n'a pas d'incidence directe sur la psychose paranoïde d'une personne, mais ce cocktail pourrait avoir un effet sédatif.

C'est ce que le psychiatre Joel Watts a fait valoir, hier matin, en réponse à l'une des trois questions que le jury lui a adressées, à la fin de son témoignage.

Le jury voulait savoir l'effet que pourrait avoir la prise d'alcool et des deux médicaments, par une personne en psychose paranoïde. Le Dr Watts est d'avis que Magnotta était en psychose en mai 2012, quand il a tué Lin Jun et commis les autres gestes qui lui sont reprochés.

On sait que les analyses toxicologiques réalisées sur le cadavre de Lin Jun ont démontré qu'il avait consommé du Temazepam (sédatif) et du Benadryl (antihistaminique). On sait aussi que des traces de Temazepam ont été trouvées dans la bouteille de vin, découverte dans les ordures de Magnotta.

Magnotta a par ailleurs lui-même indiqué qu'il avait pris du Temazepam le soir des événements, et que voyant cela, Lin Jun lui en avait demandé. Magnotta disait aussi avoir bu un peu de vin.

Le jury voulait également savoir si la psychose que Magnotta aurait eue à Miami en janvier 2011 aurait pu avoir été causée par le fait qu'il ne prenait pas de médicaments. Dans ce cas, le Dr Watts a opiné. Le fait de ne pas prendre ses médicaments peut contribuer à une psychose paranoïde chez une personne schizophrène.

Enfin, la troisième question portait sur la crédibilité des réponses que Magnotta a données au psychiatre Watts, vu que l'accusé ne savait plus si certains de ses souvenirs étaient réels, ou provenaient de la preuve qui lui avait été montrée par son avocat. Quoi qu'il en soit, le Dr Watts a maintenu que, selon lui, M. Magnotta ne jouait pas la comédie.

Téléphones

Après la fin du témoignage du Dr Watts, Me Leclair a appelé à la barre le policier du SPVM Antonio Paradiso, qui a enquêté en juin 2012 sur les téléphones portables de la victime et de l'accusé. Le policier espérait trouver des indices pour identifier la victime (non identifiée à ce moment-là) et savoir comment le suspect et elle s'étaient rencontrés.

Le témoin suivant, Jean-Marc Marta, conseiller pédagogique français, a témoigné à Paris dans le cadre de la commission rogatoire, en juin dernier. C'est donc l'enregistrement de son témoignage que Me Luc Leclair, avocat de Magnotta, a présenté au jury.

M. Marta, homosexuel âgé de 59 ans, a raconté qu'en avril 2012, un de ses amis qui se trouvait au Canada lui a refilé le numéro de téléphone d'un «Canadien sympa et bien», appelé Nathan, en lui disant que celui-ci prévoyait venir en France en juin. M. Marta a envoyé un message texte à ce Nathan le 25 avril 2012, lui disant qu'il était le bienvenu s'il passait à Paris. 

Le Nathan en question, c'était Magnotta. Le témoignage de M. Marta montre que l'accusé projetait réellement d'aller en France en juin.

Live Blog Procès de Luka Rocco Magnotta
Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer