L'ASSÉ menace de boycotter le Sommet sur l'enseignement

L'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) s'est dite déçue,... (PHOTO: ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO: ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Partager

La Presse Canadienne
Montréal

L'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) s'est dite déçue, dimanche, de voir le ministre Pierre Duchesne opposer une fin de non-recevoir aux tenants de la gratuité scolaire.

À en croire son porte-parole Jérémie Bédard-Wien, cette déclaration risque même de pousser ses membres à boycotter le Sommet sur l'enseignement supérieur du gouvernement Marois, les 25 et 26 février prochains.

L'ASSÉ, qui entretient depuis des mois un doute sur sa participation au Sommet, devrait d'ailleurs se prononcer définitivement sur la question en fin de semaine prochaine lors d'un congrès à Saint-Félicien, au Lac-Saint-Jean.

D'ici là, ses représentants devraient assister à la quatrième et dernière rencontre préparatoire, qui aura lieu jeudi et vendredi à Rimouski sous le thème de la contribution des établissements et de la recherche au développement de l'ensemble du Québec.

La troisième rencontre préparatoire, les 17 et 18 janvier, à Sherbrooke, a donné un aperçu des débats à venir. La Conférence des recteurs et des principaux des université du Québec (CREPUQ) et la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) ont notamment exprimé des positions diamétralement opposées sur la question du financement des établissements d'enseignement supérieur.

«On occulte complètement les véritables débats en se concentrant constamment sur des questions économiques», a soutenu Jérémie Bédard-Wien. «Nous, ce qu'on veut, c'est avoir un débat sur les orientations fondamentales de notre système d'enseignement supérieur.»

Or les dés sont pipés, selon lui.

«Ce sommet est déjà orienté. Le gouvernement cherche à imposer certaines conclusions tout en prétendant qu'il y a consensus, notamment sur la question de l'indexation des frais de scolarité. Nous venons d'en avoir la preuve.»

Le ministre Duchesne a fermé la porte aux tenants de la gratuité scolaire lors d'un discours prononcé dimanche devant les jeunes inscrits à l'École d'hiver de l'Institut du nouveau monde. L'événement, qui se déroulait toute la fin de semaine, à l'Université Laval de Québec, visait à débattre d'enjeux cruciaux liés à l'avenir des collèges et universités. Plus de 400 jeunes y ont participé.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer